:: Les royaumes d'Enkidiev :: Émeraude :: La cours Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'éveil de la vérité.

Invité
Invité
19.07.17 17:57
Invité
Elle déposa une jolie fleur au pied de l’arbre qu’elle chérissait depuis son arrivée au château. Une habitude qu’elle avait prise alors qu’elle n’était qu’une jeune enfant, lorsqu’il lui arrivait de se sentir loin de sa famille, loin de son royaume. Névénoë venait toujours se réfugier ici lorsqu’elle sentait que son esprit devenait submergé par un trop plein de questionnement. La chevalière c’était un peu mise en tête que cet arbre la connectait avec le reste de sa famille à Diamant. Il n’existait pas une réelle signification derrière le geste, c’était principalement symbolique. Si depuis qu’elle était devenue écuyère, au début de son adolescence, les visites étaient devenues de plus en plus espacés, le décès subit de son père l’avait poussé à venir plus souvent se ressourcer. Elle apportait une fleur différente chaque fois, espérant qu’ainsi son père pourrait voir des grandes pleines de lumière qu’elle pensait toujours aussi fort à lui. Névénoë avait le cœur rempli d’un immense chagrin, elle avait appris le décès de son père plusieurs semaines après que ce dernier fût mis en terre, les missives ne pouvant malheureusement pas voyager d’un château à l’autre à la vitesse de l’éclair… Son frère lui expliquait qu’il était simplement tombé d’un arbre. Une mort stupide et inutile. Névénoë refusait d’accepter la situation, pour elle, son père, même s’il n’était que son père adoptif, était l’homme le plus fort et le plus invisible du monde. Il était un bout en train, toujours heureux, toujours joyeux. Névé retenait ce trait de caractère de lui. Névénoë se laissa tomber en indien devant l’arbre, elle tenait entre ses mains une lettre provenant de son père, une lettre qu’il semblait avoir rédigé bien avant sa mort. Le papier avait sérieusement jauni. C’était sa mère adoptive qui lui avait transmise il y a quelques jours auparavant. Névénoë avait attendu avant de l’ouvrir, elle voulait être en tête à tête avec son arbre, avec sa famille. Elle l’ouvrit, dès les premières lignes elle senti ses yeux lui picotté. Les larmes voulaient couler le long de ses joues, mais la fierté de la chevalière empêchait le déluge de se répandre sur son visage.

Névé, mon unique.
Tu es arrivée dans notre vie d’une façon incroyablement surprenante. Un grand elfe svelte à la chevelure blonde est tout simplement venu frapper à notre porte, j’ai ouvert la porte et il te déposa dans mes bras. Tu étais si petite, quelques jours tout juste. Il te présenta, Névénoë. Je suis tout de suite tombé amoureux de toi, tout comme ta mère. Je te le précise avant que tu n’enchaînes avec la suite de cette lettre. Tu es et tu resteras notre fille jusqu’à ton dernier souffle. Notre amour pour toi est exactement le même que celui que nous portons à tous tes frères. Ma chérie, nous ne connaissons presque rien sur la personne que tu es, ou plutôt, que tu aurais dû être. Nous savons simplement une seule chose, cette marque sur ton visage, cette espèce de tatouage symbolisant une lune abstraite. Nous l’avons vu sur le visage de l’elfe venu te déposer dans notre vie. J’ai honte, nous n’avons jamais caché que tu étais une enfant adoptée, mais nous avons caché aussi longtemps que possible que ce symbole te liait avec un clan elfique. Nous n’avons plus jamais revu ce symbole. Nous n’en savons pas plus ma chérie. Je suis sincèrement désolé.

Tu dois certainement te demander pourquoi je te dis tout ça maintenant. Cette lettre est mon testament envers toi. Je l’écris, alors que tu n’es qu’une adolescente, en prévision du jour où je ne serais plus de ce monde. Mon unique, je veillerais sur toi, peu importe l’endroit où je serais. Tu es mon unique fille, et qu’importe si tes oreilles ne ressemblent pas aux miennes, que ta chevelure flamboyante fait de toi un être si différent de moi. Tu es ma fille et je t’aime. On se revoit sur les plaines de lumière.


Les larmes coulaient sur son visage pâle. Névénoë ne pouvait pas croire ce qu’elle lisait. L’amour que lui portait son père n’avait jamais été remis en question, pas une seule fois, mais de lire de sa propre main qu’il n’aurait jamais pu espérer mieux comme fille la bouleversait. Elle n’avait passé que les quatre ou les cinq premières années de sa vie. Névé caressa doucement sa joue, là où sa peau était boursoufflée depuis sa naissance, formant ainsi l’image d’une lune abstraite. Elle n’avait jusqu’à présent jamais été certaine de ce que cela représentait. ‘’ Qui suis-je alors ? ‘’ Murmura-t-elle en regardant autour d’elle. Son père parlait d’un clan, mais lequel ? Jusqu’à cet instant précis, ne pas savoir qui elle était, d’où elle venait surtout, ne lui posait aucun problème. Sa vie commençait le jour où ses parents le récupérèrent. Maintenant, c’était la première fois que ça l’intéressait. Est-ce que son tatouage avait une importance quelconque ? Elle se posait une quantité incroyable de question, pourrait-elle partir seule à l’aventure ? L’aventure de sa vie, rien que ça ? Névénoë avait l’impression que toute sa vie n’avait plus de sens, comment son père avait-il pu lui infusé cette envie de connaître son passé à travers quelques mots ? Était-ce le but de cette lettre ? La chevalière poussa un long soupire, sa vie, telle qu’elle la connaissait, n’existait plus. La suite serait qu’une longue quête pour découvrir ses origines…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kirëanie
Chef des chevaliers d'Émeraude
Voir le profil de l'utilisateur
19.07.17 21:57
[Je m'incruste, allez !  ]

Les membres de l'ordre ne sont pas constamment occupés, comme on pourrait le croire. Ils ont des jours où ils tournent en ronds, où ils passent des avant-midi à polir leurs armures et à s'entraîner. Ces derniers temps, Kirëanie  avait eu le temps de lire quelques ouvrages à la bibliothèque et  d'entretenir les fleurs dans les jardins royaux avec la personne en charge. Elle adooooorait tout simplement les jardins, c'était de loin son endroit favori au château.

Commençant sa journée par une longue séance dans les bains, elle y demeura une éternité afin de bien méditer et de se purifier complètement. Lorsqu'elle fut fin prête, elle se vêtit de sa simple tunique et attacha quand même sa ceinture d'arme à sa taille comme elle avait l'habitude de le faire. Finissant d'attacher les lacets à ses bottes de cuir, Kirëanie demeura figée dans cette drôle de position accroupie. Ce que l'elfe ressentait en son fort intérieur l'a bouleversait. Levant les yeux pour regarder droit devant elle, la femme chevalier dirigea ses oreilles dans la bonne direction. Au début, elle ne pu reconnaître de qui ce bouleversement venait. Il ne lui fallut pas très longtemps pour comprendre qu'il s'agissait de sa soeur, Névé. Balançant ses serviettes dans la boîte de serviette utilisée, elle se précipita à sortir des bains puis pris la direction du grand hall. Un petit détour dans les cuisines pour attraper un bol remplit de fruit et de noix puis elle était partie. Il n'était pas question qu'elle se fasse déranger en chemin et se contenta de marcher d'un pas décidé et très rapide vers l'endroit où son amie s'était réfugiée.

Aujourd'hui, ce serait la journée Névé !

Heureusement pour les autres, la chef des chevaliers n'avait croisé personne. La plupart des habitants connaissait les membres de l'ordre et leurs personnalités. Elle ne s'en faisait donc pas sur la perception que le peuple aurait d'elle si jamais il lui aurait fallu abréger une conversation. Une soeur avait besoin de réconfort, de compagnie et c'était très important ! Plus elle se rapprochait et plus son coeur fondait. Le tout était terriblement soudain que ça en faisait mal, Névé qui était toujours de bonne humeur ... Arrivant près d'elle, Kirëanie approcha à pas feutré et vint s'asseoir en face d'elle, leurs genoux se touchant. Elle demeura silencieuse un moment puis déposa le bol de fruits et de noix à côté d'elle en ne quittant pas sa soeur des yeux. Elle pris une noix et l'a déposa sur l'une des cuisses de Névé en guettant ses réactions. Elle fit la même chose avec un fruit, son préféré et le déposa sur son autre cuisse. La chef tentait de la faire sourire.

Elle n'avait pas besoin de voir qu'elle tenait une lettre pour comprendre que ses tourments venaient de cette dernière. Kiri ne désirait pas l'obliger à parler et préférait qu'elle le fasse d'elle-même, mais si elle ne voulait rien dire, elle devrait employer les manières fortes. Du bout des doigts, elle alla caresser le bout d'une de ses oreilles délicatement avant de passer les doigts par-dessus le tatouage qu'elle avait au visage. D'un murmure, elle lui dit d'un ton empathique, ressentant sa peine au plus haut point.

- Névé ... Je sais que tu préférerais peut-être être seule en ce moment, mais sache que je ne vais pas bouger d'ici. Je ne tiens pas à ce que tu encaisses tout ça toute seule, je veux être là pour toi comme une soeur se doit de l'être.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
19.07.17 22:20
Invité
L’amitié que Névé partageait avec la chef allait bien au-delà du simple lien de sœur d’arme. Elles étaient véritables sœurs. Névénoë et Kirëanie avaient fait connaissance lorsqu’elles n’étaient que des enfants sans expériences de vies. L’une provenant du monde des hommes, la seconde d’un peuple elfique. Si l’apparence physique des deux enfants avaient des ressemblances, c’était bien là le seul point commun qu’elles partageaient. Une relation conflictuelle aurait pu naître entre elles, voir même une compétition malsaine, c’est tout le contraire qui se produisit, peut-être même à la surprise des maîtres. L’étourderie de Névé et le sérieux de Kirëanie se complétaient. Les deux fillettes devinrent des adolescentes, puis des jeunes femmes en pouvant compter sur la présence de l’autre. L’amitié qu’elles se portaient, ou plutôt même, l’amour qu’elles se portaient étaient uniquement platonique. Névé aimait s’endormir le soir en sachant que quoi qu’elle fasse, quoi qu’elle dise, où qu’elle aille, quelqu’un dans le monde l’aimerait sincèrement. C’était une affection réciproque. Névénoë savait au fond d’elle-même que rien de ce que pourrait dire ou faire sa chef n’entacherai la relation. Pourtant, en ce moment, alors que son cœur se remplissait d’une peine indescriptible, d’une incompréhension qu’elle ne maîtrisait pas, elle ne s’attendait pas à la voir arriver.

C’était l’une des faiblesses que Névénoë, généralement parlant. Lorsqu’elle avait l’esprit occuper ou tourmenté, elle n’arrivait pas à ouvrir ses sens magiques. Heureusement pour elle, la personne qui la trouva n’était pas malintentionné, bien au contraire. Névé décrocha un petit sourire suivit d’un rire discret lorsque son amie déposa sur chacune de ses cuisses une noix et un fruit. Les quelques mots que prononça sa chef réchauffa le cœur de Névé. La chevalière ne s’attristait pas souvent, de plus, lorsque cela arrivait, un rien arrivait à la remettre dans un état plus ou moins normal. ‘’ J’ai reçu cette lettre il y a quelques jours, en provenance de Diamant. Ma mère me la transmise. C’est la dernière lettre que je recevrais à jamais de mon père. ‘’ Sa voix se brisa avec le mot père. Son visage se crispa de nouveau, elle tenta de refouler ce chagrin. Névénoë avait horreur des jérémiades. Elle tendit le bout de parchemin jauni à Kirëanie. ‘’ J’ignore ce qui me bouleverse autant Kirëanie. J’ai toujours su qu’il m’aimait. Pourquoi cette déclaration d’amour me touche-t-elle autant ? ‘’

Une petite voix au fond d’elle se fit entendre sur le sujet. Ce n’était peut-être pas l’amour que lui portait son père qui la troublait, mais le soudain intérêt qu’elle-même portait à ses propres origines. C’était pourtant une chose normale pour un enfant adopté de rechercher d’où il venait. Névénoë avait le sentiment de trahir sa famille adoptive qui l’avait si bien aimé tout au long de sa vie, même si elle en avait passé presque la totalité dans un autre royaume à être entraîné pour sauver le monde. ‘’ Kirëanie, je suis à la fois déchirée entre mon envie de connaître ceux qui m’ont mis au monde et celui d’être auprès de ma famille en ce moment. J’ai besoin d’eux, mais le monde a besoin de moi. Mon père n’aurait jamais accepté que je rentre à la maison, que je vous abandonne. ‘’ Plus elle parlait, plus elle prenait conscience de ce dont elle avait le plus envie, ce qui lui arracha le cœur. ‘’ J’ai envie de tout connaître de moi… ‘’ Elle toucha sa joue. ‘’ Ce symbole veut dire quelque chose… ‘’ murmura-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kirëanie
Chef des chevaliers d'Émeraude
Voir le profil de l'utilisateur
24.07.17 21:00
Si ne serait-ce qu'un moment elle pensait avoir de la difficulté à faire sourire sa soeur, cela changea rapidement. Elle entendit bien rapidement ricaner sa jeune amie ce qui lui donna elle-même le sourire. Son coeur en était soulagé et recommençait à battre à nouveau au son cristallin de son rire. Concentrant toute son attention sur Névé, l'elfe des étoiles ne bougeait pas d'un seul cheveux. Dans un premier temps, elle écoutait les paroles qui sortaient de sa bouche puis les associaient aux sentiments qui se bousculaient en elle. Selon Kirëanie, personne ne méritait de connaître de tels sentiments au fin fonds d'eux-mêmes.

Lorsque sa soeur lui tendit le bout de parchemin d'elle-même, Kirëanie tendit les doigts pour l'attraper. D'une seule main, l'elfe tenait la missive sur sa cuisse et parcourait les mots avec attention. L'elfe s'arrêtait de lire quand son amie parlait, levant les yeux vers elle pour ensuite les reporter sur les mots écrits qu'elle tenait précieusement. Ce parchemin serait probablement la lettre à laquelle Névé tiendrait le plus, elle en avait la certitude. Son esprit accrochait sur l'histoire des marques sur la peau qui identifiait plusieurs clans elfiques. Elle aussi, en avait ! Trois petites étoiles entre les omoplates dans son dos. Les yeux dans ceux de Névé, la chef était maintenant très personnellement intéressée par sa requête.

La question de son amie lui fit étirer un doux sourire. Kirëanie savait qu'elle connaissait la réponse au fond de son coeur et c'est pourquoi elle ne répondit pas à cette question. Elle l'écouta et observa ses réactions. En écoutant le coeur de sa soeur d'armes, il lui était facile de trouver une solution qui serait accommodante pour elle, mais aussi pour tous. Du bout des doigts, elle dessina le contour de sa marque de clan en lui disant sur le même ton qu'elle employait :

- Ces marques sont très intrigantes et les miennes aussi le sont je t'assure. Je n'ai jamais éprouvée ce besoin comme tu es en train de le vivre présentement, mais je suis prête à te donner la chance de te soulager le coeur, tout en faisant ton devoir de chevalier auprès de ta famille. Même ton père ne pourrait contester une si merveilleuse idée qu'est celle que je viens d'avoir en te regardant, assise avec ta collation sur les genoux.

L'elfe aux cheveux roux se releva avec souplesse et aida son amie à en faire autant. Elle lui redonna soigneusement le parchemin précieux et se pencha pour ramasser le bol contenant les noix et les fruits. Elle le tendit dans la direction de Névé pour qu'elle s'en prenne, avec insistance avant de se servir elle-même par la suite.

- Donc, tu te rappelles quand le magicien a fait envoyer des missives pour recruter les enfants magiques à travers tout Enkidiev ? Ces élèves seront prochainement les écuyers de nos écuyers qui eux deviendront un jour chevalier. Je ne pense pas qu'avoir presque tous les chevaliers à Émeraude soit bien nécessaire. Je viens de penser que, nous pourrions proposer à la reine d'aller rencontrer ces enfants nous-mêmes en personne et de ramener les meilleurs candidats au mage.

Kirëanie était elle-même en train de s'exciter quant à cette petite aventure et importante mission. L'Elfe rêvait de voir de plus près l'océan et les plages des royaumes côtiers. L'occasion était juste parfaite pour joindre l'utile à l'agréable. Elle devait simplement préparer à présent son entretien devant la reine. Ramassant le bras libre de Névé, elle passa la sien en dessous en l'a forçant à marcher à côté d'elle sur le chemin du retour. La chef était de tout sourire, enthousiaste et surtout, confiante. Tout en marchant, elle se permit de rêvasser :

- Nous pourrions nous occuper toutes les deux de la côte qu'est-ce que tu en dis ? Tu partirais vers Elfes et moi Zénor afin d'aller rencontrer les enfants. Ensuite nous aurions juste à remonter le long de la côte pour se rejoindre à Argent d'ou nous pourrions repartir vers Émeraude directement. Qu'en penses-tu ?


ROSES:
 


RPS EN COURS - MAJ 18 SEPTEMBRE:
 


PROCHAINES RÉPONSES RPS À FAIRE - MAJ 29 SEPTEMBRE:
 


RPS TERMINÉS - MAJ 6 SEPTEMBRE:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
04.08.17 21:02
Invité
Les longues oreilles pointues de l’elfe combattante commencèrent à s’agiter. Névénoë était mignonne lorsqu’elle ne contrôlait pas ses oreilles qui s’agitait à la moindre émotion qui venait l’habiter. Lorsqu’elle était triste, comme c’était le cas quelques instants auparavant, ses oreilles pointaient vers le bas, lorsqu’elle était heureuse ou excitée ses oreilles pointaient dans toutes les directions. Névénoë écoutait avec une oreille distraite ce que disait sa sœur. Son esprit rejetait en bloc l’idée qu’elle allait devoir partir à la rencontre des monarques de tout le pays. Névénoë était une bien drôle de sous-chef qui ne prenait pas très au sérieux les tâches qu’elle devait faire. Un sourire se forma sur son visage et son expression ne laissait plus aucune trace de la tristesse qui l’avait submergé auparavant.  Alors que son amie lui prenait le bras pour la soulever pour retourner en direction du château. ‘’ Tu crois que les marques que nous avons est indicatif pour nos clans respectifs ? Je n’ai pas connu le mien, mais toi, étiez-vous genre des adeptes des astres ? ‘’ Névénoë était comme ça aussi, elle passait du coq à l’âne en un instant.

La marche jusqu’au château semblait interminable, mais ce n’était rien à l’idée qu’elle devrait encore attendre l’approbation de la reine régente avant de partir à l’aventure. Bien entendu, elle savait qu’officiellement, elle devrait visiter les enfants magiques des royaumes, mais avant tout, elle se voyait bien lire tous les ouvrages qu’elle trouverait sur son chemin concernant la marque qui lui était imprégné dans la peau. ‘’ C’est une excellente idée Kiri. On voit bien là pourquoi c’est toi la chef et pas moi ! ‘’ Cette phrase qui aurait facilement pu se prendre comme offensante, lorsqu’elle sortait de la bouche naïve et maladroite de Névé, elle prenait un tout autre sens. Il était public que Névé admirait énormément sa chef et jamais une pointe de jalousie ne viendrait gâcher ce parfait tableau d’amitié.

‘’ Imagine tout ce qu’on va voir sur le chemin de l’aventure. Toutes les personnes qu’on rencontrera, qui sait, peut-être que l’une d’elle changera nos vies ! ‘’ Névénoë était une éternelle romantique qui croyait avec ardeur à l’aura de lumière qui entoure l’âme sœur. Elle était presque déçue de n’avoir jamais vu cette aura autour de Bastian, son autre meilleur ami de l’Ordre. Après tout, ça aurait été naturel pour eux… Mais non, les Dieux la destinait à une autre personne et elle se réservait entièrement pour lui, ou elle, après tout, Névé n’était pas étroite d’esprit. ‘’ Tu es certaine de n’avoir jamais vu de lumière autour de Tharivor ? ‘’ Névé plaisant à ce sujet, évidemment.

L’elfe sautillait presque sur place. Maintenant qu’elle avait une vocation personnelle, elle se sentait toute légère, comme si le monde lui appartenait. À cet instant, rien ne pourrait la surprendre, rien ne pourrait la décevoir. Elle ne se doutait pas un seul instant que toute sa vie en serait changer…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude :: Les royaumes d'Enkidiev :: Émeraude :: La cours-
Sauter vers: