:: Les royaumes d'Enkidiev :: Fal :: Nakiatë Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une fête falloise { Libre }

Invité
Invité
22.10.17 15:07
Invité
« Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée, majesté… » commença une servante, balbutiant face à mon regard vif doré, et dur. J’avais les bras croisés sur ma poitrine, les traits tirés par une frustration hors norme, tandis que mes lèvres d’ordinaire souriantes, formaient un rictus mauvais.
« En quoi cela serait-il une mauvaise idée ? » répliquais-je avec un ton assez agressif, loin d’être convaincu. L’un de mes pieds se mit même à taper le sol avec insistance, montrant à la fois mon agacement et ma frustration.
« Eh bien, pour le palais de nos invités, ce serait… »
« Ce serait quoi ? » soupirais-je après un long moment d’attente durant lequel la servante ne savait sur quel pied danser.
« … Trop… Trop épicé… ? »
« Trop épicé ?! »

Je fulminais. Mais quel était donc le sujet de ce débat endiablé ? Oh, quelque chose d’extrêmement simple : le plat principal de la fête qui se déroulerait dans la capitale, dans mon palais plus exactement, dont plusieurs invitations ont été envoyées aux quatre coins du continent d’Enkidiev. J’avais en effet prévu une petite fête typiquement falloise en ayant invité du monde des autres royaumes, pour montrer mes sympathies et peut-être nouer quelques amitiés et alliances. D’ordinaire, les fêtes falloises étaient réservées aux fallois et éventuellement aux personnes étrangères déjà présentes dans le pays, tout à fait par hasard. Mais là j’avais décidé de donner l’opportunité à d’autres personnes de venir, la fête se déroulant un mois plus tard pour laisser le temps aux messagers de trouver des personnes, et pour laisser le temps auxdites personnes de pouvoir venir jusqu’à Fal. Même si j’adorais mon royaume, je devais bien avouer que du fait de son emplacement à l’extrémité du continent, cela rendait plus ardu les déplacements pour les personnes les plus au nord. Je pensais bien évidemment aux Sholiens. Rien que de penser à leur royaume, j’en avais des sueurs froides : comment faisaient-ils pour supporter des températures aussi glaciales ? Brr.
Donc, reprenons. La discussion avait donc pour sujet : le plat principal. Plus exactement, la teneur en épice du plat principal. Etant donné que ce doit être un plat un minimum « ouvert » aux papilles gustatives des invités, et que ces invités ne sont pas forcément des Fallois, il était donc normal de se dire que le plat risquerait de ne pas convenir. Mais en même temps, il serait indéniablement fade pour les papilles des fallois, dont les miennes.

« Eh bien faites en deux ! Un plat non épicé et un plat épicé. »
« Mais… »
« Problème résolu ! Exécution. » La servante, surprise, s’empressa de s’incliner – un peu gauchement il faut le dire – avant de s’enfuir en courant dans ses cuisines. Je poussais un soupire. Tant de temps perdu pour un problème aussi simple. Quel gâchis.

Quelques heures avant le début de la fête, je faisais le tour de mon palais pour m’assurer que tous les préparatifs étaient faits. Mon palais a été construit tout autour de l’oasis de Nakiatë – toutes les villes de Fal ont été construit autour d’une oasis. L’oasis de Nakiatë a donc été aménagé pour être agréable à regarder mais aussi pour pouvoir s’y baigner sur autorisation du roi : moi. Le palais avait donc la forme d’un rectangle avec l’oasis en son centre, les murs étaient construits en pierre rouge brique, des plantes exotiques égaillées le palais par endroit. Il y avait beaucoup de larges ouvertures en des points stratégiques, finement mis ne valeurs via des colonnes gravées mais aussi par des rideaux fin aux couleurs vives, voletant au vent. Le palais était très grand, il y avait donc beaucoup de couloirs, et beaucoup de salles. Une allée était spécialement dédiée aux chambres des invités, il y en avait un total de 15, tandis que ma propre chambre, la plus grande, se situé au dernier étage et surplombé la ville. Toutes les chambres avaient des couleurs chaudes et des décorations en adéquation, sans oublier de larges ouvertures et des balcons pour pouvoir apprécier la ville et l’air du soir. Les lits étaient aux aussi très larges et souvent surplombé d’une tonne de coussins moelleux.
Comme tout palais, il y avait une salle du trône et une salle de réception pour les fêtes, cependant pour cette fête là je décidais que cette fête se situerait dans le jardin intérieur, là où se situait l’oasis. Cela permettrait notamment aux invités étrangers de ne pas suffoquer de la chaleur. En effet, le centre du palais a été fait de telle sorte qu’il y règne un chaleur d’environ 20 à 25 degrés en tout temps. L’oasis était très grande, et le jardin plus grand encore. Un pont en bois avait été aménagé pour traverser l’oasis, et éventuellement pour pouvoir faire des plongeons. Pour éviter d’avoir les pieds dans le sable, le jardin a été entièrement dallé sauf à plusieurs endroits où l’on pouvait voir sortir des plantes exotiques aux couleurs vives, certains donnant des fruits dont les invités pourront manger à leur guise puisque n’étant pas toxiques. Des tables avaient été discrètement aménagés ici et là pour la fête, ainsi que des causeuses et des fauteuils rembourrés à plusieurs endroits pour que les invités puissent s’assoir, en des endroits stratégiques pour qu’ils puissent toujours avoir une vue d’ensemble et ainsi pouvoir avoir une vue agréable. A plusieurs endroits des ménestrels avaient été mis pour souffler une douce musique, et des serveurs et serveuses feraient le service. Tous avaient des tenus typiquement fallois, à savoir assez pauvrement vêtus et toujours dans des couleurs vives rehaussant la couleur de leur peau mate. Ils avaient aussi partout sur le corps des motifs discrets dessinés à l’encre doré. De mon côté, je portais une tunique bleu nuit décoré de doré ainsi qu’un pantalon large mais centré sur les chevilles, blanc. Mes cheveux ont été tressés sur le côté gauche et ramené sur le coté droit avec élégance.
Pour compléter le tout, des gardes étaient disposés ici et là pour assurer la sécurité. Ibrahim ne me quittait pas d’une semelle d’ailleurs, bien que gardant une distance raisonnable pour ne pas que je me sente envahi, le fait d’être continuellement observé me gênait tout de même fortement.

Et enfin, l’heure de la fête commença, et les premiers invités firent leur entrée dans le palais, passant d’abord par la salle du trône où je les accueillis à bras ouverts. Et si je n’étais pas là, puisque je ne pourrais très certainement pas accueillir tous mes invités, c’était un de mes serviteurs qui s’en occuperait. Après tout, je me devais de passer un peu de temps avec chacun.
Le premier invité à venir était un jeune homme élancé aux oreilles pointus – un elfe si je ne me trompais pas. Je me dirigeais donc vers lui avec un large sourire sous les cliquetis de mes quelques bijoux.

« Bienvenu à Fal très cher invité ! » commençais-je d’une voix pleine d’entrain. « Je suis honoré que vous ayez pus faire tout ce chemin jusqu’à moi, je suis Hakim, le roi de Fal ! Venez donc et présentez-vous, » continuais-je en tendant le bras dans la direction des jardins que l’invité ne pouvait pas encore apercevoir. « Si vous avez des bagages, laissez-les à mes serviteurs, ils les monteront à une chambre d’invité ! » Je l’entrainais ainsi jusqu’à l’endroit où se déroulerait la fête, tenant fermement à ce que pour les premiers invités je sois le seul à pouvoir les emmener jusqu’aux jardins. Certes, c’était un travail de serviteur, néanmoins, je risquerai fort de m’ennuyer à attendre les autres invités, donc autant faire un brin de chemin. « Voilà donc les jardins de Nakiatë ! » fis-je avec enthousiasme en désignant les jardins d’un mouvement ample du bras. « J’espère que cela est à votre gout et que vous n’aurez pas trop chaud. Désirez-vous un rafraichissement ? »



Hors jeu : ce RP est libre, mais le premier post est réservé à Aimé Razz
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
07.11.17 23:37
Invité
Aimé était à Fal depuis déjà un bon moment. Il était resté ici assez longtemps pour avoir pris un peu les couleurs locales. Il était toujours clair de peau, le regard pâle et les cheveux blancs ou presque, mais il était à l'aise dans cette société, il ressemblait toujours à un voyageur, mais il avait sa tunique verte dans son sac de voyage pour porter un de ses vêtements extravagants: un pantalon crème serré à ses chevilles avec par-dessus une tunique bleu décoré de motif qui lui était inconnu brodé avec des fils d'argent. Il était loin d'être le plus coloré, mais l'ensemble revenait chercher la teinte de ses yeux.

Lorsqu'il avait appris que le roi du royaume donnait une fête et que la population s'y rendait, Aimé avait choisi de suivre le mouvement avec plaisir. Bien sur, peut-être ne serait-il pas admis. Il était un étranger et un simple roturier, mais malgré tout, qui ne tente rien n'a rien.

Il portait sur son épaule son sac de voyage (qui n'était pas assorti à sa tunique falloise) avec ses quelques effets personnelles, en plus de son violon et de sa petite harpe. Des serviteurs l'accueillir d'abord aux portes du palais et lui souhaitèrent le bienvenue dans le royaume et au palais du roi Hakim. Ravi d'être si courtoisement reçu, il accepta volontiers d'être amener jusqu'à la salle du trône où le roi tenait à accueillir les visiteurs en personne. C'était un honneur pour l'elfe qui depuis qu'il avait commencé à voyager n'avait jamais eu l'occasion de rencontrer d'autres gens que le peuple dans les différents royaumes où il avait été.

Il fit une révérence coutumière des elfes, c'est-à-dire, une légère inclinaison de la tête au roi.

« Votre majesté, je vous remercie de me recevoir. Je suis un simple voyageur qui était présentement dans votre royaume lorsque j'ai appris que vous organisiez cet événement. Je m'appelle Aimé et je suis originaire du royaume des Elfes, cela fait cependant plusieurs année que je l'ai quitté. »

Aimé avait peut-être trop parler, mais il tenait à informer le monarque du royaume de son rang, car il savait que certain peuple mettait le rang social en priorité. Ce n'était pas l'image qu'il avait des fallois. Tout le monde avait été ouvert et cordial avec lui depuis son arrivé dans le royaume.

Aimé remercia le roi pour l'accueil et accepta de laisser son bagage au serviteur qui se présenta au moment même où le roi l'invita à lui laisser ses effets personnels. Cependant, Aimé garda sur lui sa harpe qui était attaché et porté librement en bandoulière ainsi que son violon. Ce dernier cependant était rangé dans un étui de tissu afin de le protéger.

L'elfe fut surpris et flatté de voir le roi lui montrer le chemin et lui faire la conversation. Il lui en était reconnaissant. Il s'agissait d'un humain assez jeune. Cela fit sourire Aimé d'un sourire indulgent et doux, sa propre jeunesse lui manquait.

« Je vous remercie votre majesté. J'ai eu le plaisir de découvrir votre royaume depuis que je suis ici et je dois vous avouer que les fallois sont un peuple heureux et que c'est ici que j'ai reçu le meilleur accueil. »

Il accepta volontiers de prendre un rafraîchissement tout en portant son regard sur le jardin.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude :: Les royaumes d'Enkidiev :: Fal :: Nakiatë-
Sauter vers: