:: Les royaumes d'Enkidiev :: Émeraude :: La forêt Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Battre la campagne ! (libre)

Invité
Invité
03.09.17 12:04
Invité
Callum avait passé près de 40 ans au château d'Émeraude, c'était à peine s'il avait visiter son royaume. Adolescent il avait souvent désobéi, mais ce n'était pas pareille: ces escapades dans les environs n'avaient pas de but précis, pas celui d'ouvrir son regard à Enkidiev.

La veille, après sa discussion désastreuse avec la reine et la conversation avec soeur (rp à venir), Callum avait besoin de se changer les idées. Comme il faudrait plusieurs semaines pour que les chevaliers ramènent les futurs élèves, il choisit d'arrêter, de suspendre, son travail pour l'ordre, le royaume et Enkidiev. Le message des dieux ne bougeraient pas, il l'interprêterait plus tard.

Callum choisit plutôt de porter une tunique simple et pratique afin de quitter sa tour et son château. Il alla aux écuries et demanda à l'un des palfreniers s'il pouvait emprunter une monture docile n'ayant pas l'habitude de monter à cheval.

On lui prépara Jaune, une jument à la robe blonde. Elle était un peu courte sur patte et massive, mais elle semble très bien élèvée. Elle restait tranquille et renifla les cheveux oranges du magicien. Quand le palfrenier lui demanda s'il avait déjà monté, Callum avoua qu'il l'avait très peu fait. Il lui donna alors quelques conseils et laissa ensuite Callum quitter le château.

Callum désirait se changer les idées et réfléchir un peu. Il préféra pour cela quitter sa tour, le château et se perdre dans le reste du royaume. Il n'irait sans doute pas très loin, mais il laissa plutôt Jaune marché et l'entrainer sur la route. Il s'éloigna ainsi longuement.

Il croisa des paysans dans les champs. Ceux-ci connaissaient le magicien de nom mais peu l'avait vu. Le personnage noble roux qui allait ainsi sans escorte les intrigua, mais ils continuèrent leur travail sans l'embêter. Le château se fit petit et loin dans le dos du magicien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
14.09.17 15:18
Invité

Redÿsco avait encore deux ou trois jours devant lui avant de partir pour sa deuxième mission en tant que chevalier, mais pas des moindres. Il allait parcourir Diamant, Argent et Fée à la recherche des élèves de la 3ème génération d’Emeraude. Cela lui faisait étrange de savoir que les enfants qu’il trouverait le remplaceraient un jour. Cela lui semblait si loin. Il avait encore tant de choses à accomplir d’ici là.

Morgan ne lui avait pas encore donné l’autorisation de sortir de son repos, suite à ses blessures. Mais il ne pouvait se résigner à rester enfermé à l’intérieur du château, privé d’entrainements et de folies, jusqu’à son départ. Il avait besoin d’air. Besoin de retrouver la forêt. Sa vie de bête sauvage.
Il était un des seuls de ses frères et sœurs à sortir du château sans autorisation. Après tout, chasser dans l’enceinte de la structure, même si elle était grande, n’avait rien d’intéressant. Et puis, il tournait vite en rond. Malgré tout l’amour qu’il portait à sa meute, à sa maison, l’appel de la liberté était toujours plus fort.

Alors, à l’aube alors que le soleil ne pointait pas encore son nez dans le ciel mais le parait déjà d’une couleur rose, il sortit de sa chambre et partit chercher Ecume. Il installa juste sur son dos un paquetage simple, et la tira par le licol jusqu’aux portes du château. Pour ne déranger personne, il emprunta la petite entrée, et fit passer prudemment sa jument. Ils avaient l’habitude, tous les deux de ce genre d’escapades. Une fois dehors, il lâcha Ecume qui le suivait comme un petit chien.

Redÿsco prit soin de s’éloigner un peu, marchant tranquillement sur le chemin qui partait du château de la reine Cassyanne. Humant l’air frais du matin, frissonnant sous l’humidité encore ambiante, maigre souvenir de la nuit passée, l’homme descendit dans les sous-bois, non loin. Il prit alors soin de se déshabiller et de plier ses vêtements avant de les ranger soigneusement dans les sacs installés sur la jument pommelée avant de se laisser tomber sur le sol.
Il s’abandonna à ses plus primaires instincts. Délivrance. Lorsqu’il rouvrit les yeux sur le monde, il n’avait plus d’homme que l’esprit, et de corps et d’âme il était loup. Toisant sa monture qui l’accompagnerait seulement cette fois-ci, l’énorme lupin à la fourrure épaisse et noire renifla son corps musclé et gris. Ecume était d’une grande taille, mais sous cette forme, le chevalier l’égalait.

Red trottina tranquillement dans la forêt, longeant le chemin principal, grande ombre entre les arbres, ses pattes se posant avec légèreté sur le sol moussu. Ecume faisait presque plus de bruit que lui. Elle le suivait de loin, s’arrêtant parfois pour arracher une touffe d’herbe avant de le rattraper, heureuse de pouvoir elle aussi s’ébattre en liberté. La liberté… C’est en arrivant à la frontière des arbres et des champs qu’il en ressentit l’impulsion. Il s’arrêta d’abord, ébloui devant la blondeur des blés, puis l’appel fut trop fort : il s’élança en avant, partant à grandes foulées à travers les cultures.
Le vent sifflait à ses oreilles aplaties contre son crâne. Il entendit la jument grise prendre le galop à son tour, forçant sur ses cuisses puissantes pour rattraper le lupin. A l’entendre, il sut qu’elle donnait en l’air quelques ruades de joie. La langue pendante, il profitait de l’instant. Disparue l’inquiétude de ses sentiments. Disparue la douleur de ses blessures. Disparue la douleur de ses maux. Il embrasait avec fougue sa véritable nature. Pour la première fois depuis longtemps, il était serein et heureux.

Ce moment ne dura pas plus longtemps. Alors qu’il quittait le champ et sauta en dessus du sentier menant au château qui n’était plus qu’un minuscule point à l’horizon entre les arbres, il fut surpris, et surprit lui-même, par un cavalier. Le Loup retomba sur ses pattes prestement, mais il était trop tard pour faire quoique ce soit. La monture crème avait pris peur en le voyant débouler de la sorte. Elle cabra et boxa l’air de ses antérieurs vers le carnivore qui recula en grognant, découvrant ses dents aiguisées. Ecume s’arrêta non loin et renâcla, inquiète de cette situation.
Redÿsco plaça sa queue fournie entre ses jambes, les oreilles plaquées, en position de défense et de méfiance, reculant de quelques pas devant l’animal désemparé. Sans attendre plus longtemps, il lui communiqua ses réelles intentions. Le cheval finit par se calmer un peu, s’écartant encore du prédateur. Le Loup redressa alors ses fines oreilles sur le haut de son crâne. Il espérait qu’il n’avait pas trop fait de dégât.

En silence, il s’approcha de l’homme tombé à terre. Il connaissait cette odeur. Posant sa truffe humide dans le cou du magicien d’Emeraude, Red s’assura qu’il n’était pas blessé avant de lui offrir une lèche bien mouillée sur le visage.

*(Callum) Je ne pensais pas te voir là. Tout va bien ?*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
17.09.17 18:05
Invité
Callum commençait à être à l'aise sur sa monture, cependant quand celle-ci se braqua sans avertissement, Callum tomba lourdement sur le sol estomaqué. Ouf! Qu'est-ce qui se passait? De plus Callum ne comprit pas vraiment pourquoi ses sens magiques ne l'avaient pas informé... Il sentait lorsqu'une attaque le visait directement ou non... Il sonda alors les lieux immédiats et découvrit avec stupéfaxtion Redÿsco. Un énorme loup, aussi gros qu'un cheval ne passait pas inaperçu et le magicien reconnu également la signature magique du garçon - oui pour Callum tous les chevaliers étaient des enfants car ils les avaient vu grandir.

« Redÿsco! »

Quelle horreur! Callum tenta de s'essuyer le visage. De la bave... en plus, si Red venait de manger... il préféra ne pas trop y penser, il en eut un frisson.

« Je vais bien. Je présume que nous n'avons pas fait attention car je n'ai pas senti ta présence et toi tu n'as pas senti la mienne... à moins que cela eu été une attaque volontaire? »

Il avait posé cette question par jeu. Mais en son fort intérieur Callum s'inquiéta de la sécurité de cette découverte. Est-ce parce que l'énergie de Red lui était connu ou que ces intentions n'avaient rien d'hostile de près ou de loin qu'il avait pu s'approcher ainsi? Il l'espérait, parce que sinon, cela voulait dire qu'à moins d'attaque directe, un ennemi pouvait passer sans se faire remarquer.

« Je vous croyais tous. Comment se fait-il que tu sois encore à Émeraude? »

Le magicien lui sourit et lui gratta la tête avant de se relever et de secouer ses vêtements pour enlever la poussière de route. Il sembla particulièrement préoccuper par cette tâche car il fit grand cas d'enlever plus que ce qui était visible.

« Mes vêtements sont sales! Comment je vais pouvoir retourner au château comme ça!? »

Il finit par toiser le chevalier comme un toise un chiot ayant fait une bêtise mais n'ayant pas vraiment le coeur à le punir. Callum adorait ses anciens élèves... et puis Red n'avait pas fait exprès... du moins Callum le pensait - ou l'espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
24.09.17 12:09
Invité

Le grand loup noir s’écarta du mage pour le laisser s’essuyer le visage après lui avoir mis de la bave un peu partout. S’ébrouant, faisant danser la fourrure épaisse sur son dos, le chevalier finit par poser son derrière sur le sol en fixant de ses yeux jaunes et bestiales l’homme qui l’avait formé. Callum plus que quiconque connaissait l’étendue de la relation de Redÿsco à sa magie, comment il la ressentait, ce qu’il en pensait. Les limites auxquelles il faisait face, souvent.
Il avait toujours eu du mal à contrôler ses pouvoirs. Il ne comptait plus les transformations, ou semi-transformations non désirées, et les débordements de son comportement lupin lorsqu’il paniquait. Oh, cela lui avait parfois sauvé la vie. Il était doté de réflexes plus élevés que la moyenne et d’une volonté à survivre à toutes épreuves. Mais il bouillonnait d’énergie et les fois où il s’emportait n’étaient pas rares. L’entraînement des Chevaliers était rude et demandait beaucoup de concentration. Callum et Casca avaient toujours exigé le meilleur de leurs élèves et Red avait longtemps détesté ces contraintes, comme un étau. La période la plus difficile de sa vie fut l’adolescence, là où tout avait été remis en question. Etait-il un échec ?
Il avait été adoubé Chevalier d’Emeraude, mais il restait le plus sauvage et le plus indiscipliné de tout l’Ordre, malgré toute la bonne volonté des jumeaux.

Le Loup plissa légèrement les yeux aux paroles du magicien.
Il s’était laissé surprendre par la présence de son maître, mais il en connaissait la raison : il avait été bien trop obnubilé par sa course folle dans les blés pour se soucier de quoi que ce soit. Par contre, Callum aurait dû le sentir. Quelque chose clochait.
Aussitôt, Redÿsco s’ouvrit aux sens qu’il percevait chez le mage. Il huma l’air, et les phéromones du rouquin. Elles en disaient toujours longs sur l’état de santé et le moral en général. Il perçut très bien une gêne désagréable chez l’homme en face de lui. Il était préoccupé. En colère. C’était des restes de colère, qu’il évacuait encore. Cette odeur mettait du temps à partir.

Ses babines se retroussèrent quelque peu sous les grattouilles du magicien, accompagné d’un léger grognement guttural, mais il n’y avait rien de méchant dans ce geste. Le Loup n’avait pas vraiment l’habitude d’être considéré comme un chien, mais les gens se prêtaient davantage à le toucher lorsqu’il était sous cette forme que lorsqu’il était humain. L’attrait de la fourrure ? Et puis depuis le temps qu’il était à Emeraude, il ne comptait plus les caresses de Callum, ni même celles de Casca.

*(Callum) Je prends un peu de repos avant de partir.*

Pardon ? Les blessures que Morgan lui avait soignées ? Quelles blessures ?
Il n’avait aucune raison de révéler ce détail à Callum. Après tout, le mage savait qu’il rentrait à peine de sa visite à Fée, il avait bien le droit de profiter de quelques jours avant d’endosser sa responsabilité de Chevalier d’Emeraude et de partir à la recherche de la 3ème génération. En vérité, il devait encore prendre du repos selon le guérisseur elfe. Dans sa chambre. Mais ça, c’était quelque chose qu’il pouvait très bien oublier de préciser.
Le Loup pencha quelque peu sa tête de côté, lorsqu’il vit le roux faire son petit manège. Mais cela ne prenait plus avec lui : il n’était plus un enfant depuis longtemps maintenant et le toiser comme un chiot ne lui faisait plus ni chaud ni froid.

*(Callum) Tu auras une preuve de tes exploits à cheval, comme ça.* se contenta-t-il de répondre.

Il se rapprocha, se relevant sur ses quatre pattes touffues. Il vint renifler une nouvelle fois le parfum du magicien d’Emeraude, uniquement pour s’assurer qu’il ne s’était pas trompé sur son compte, avant de lui parler une nouvelle fois télépathiquement, puisqu’il ne pouvait pas parler à haute voix sous cette forme. A moins de grognements et de glapissements, il ne se ferait pas vraiment comprendre.

*(Callum) Tu t’es disputé avec Casca ?*

Redÿsco était curieux et franc. Et il ne prenait pas vraiment de gants avec qui que ce soit. Mais loin de lui l’idée que Callum s’était en fait pris le bec avec la reine. C’était bien la dernière des choses auxquelles il pensait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
04.10.17 13:03
Invité
Callum jeta un regard à Redÿsco pour lui indiquer que sa blague sur ses talents de cavalier n'était pas drôle - même si sur le fonds elle l'était. Bon, il ne pouvait rien faire de plus, il allait devoir se changer et bruler ses vêtements.

Constatant que l'empathie de son ancien élève était au rendez-vous et qu'il avait bien capté ses émotions, Callum en fut fier et cela lui permis de pensée à autre chose qu'à ses vêtements. Il hocha cependant négativement la tête car ce n'était pas avec Casca la dispute. Il chercha sa jumeau blonde pour aller mettre la main sur son licou. Pas question de la perdre et de rentrer à pied et d'avouer son incompétence de cavalier.

« Pas avec Casca. En fait cela fait vraiment longtemps que je ne lui ai pas parlé... Elle doit être très occupé à préparer les futurs classes. Non... je me suis disputé avec la Reine Cassyanne. Un différent sur... l'enseignement prodigué aux élèves. »

Il repensa à leur conversation de la vieille. Il était presque prêt à admettre qu'il s'était peut-être offusqué rapidement. Cependant, comme la reine avait aussi son caractère et qu'elle ne s'excuserait pas de l'avoir insulté... Il n'allait pas faire le premier pas. Oui oui, Callum avait son petit caractère aussi.

« Depuis vos études, vous êtes tous devenus chevaliers et vous avez parcouru Enkidiev un peu. Trouvez-vous que les enseignements étaient incomplets ou négligeants pour vous préparer et vous aider à entrer en contact avec les différents royaumes d'Enkidiev ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
14.10.17 6:47
Invité

Redÿsco avait tapé juste, mais pas complètement a priori. Le magicien d’Emeraude était bien préoccupé par quelque chose, qui la chagrinait assez pour que le loup puisse déceler ses émotions à travers les effluves de son corps, mais il ne s’agissait pas de sa jumelle. L’animal fronça son regard sur l’homme et posa son derrière sur le sol, ses oreilles se redressant sur son crâne. Il était rare que Callum perde son habituelle bonne humeur, du moins, son énergie. Il semblait pourtant abattu et cela troublait le chevalier. Il n’aimait pas cette vision du mage : peut-être s’agissait-il de l’illusion qu’il s’était fait de lui enfant, et qui se fracturait alors. Dure réalité. Mais après tout, Callum restait humain.

Il ne pensait pas qu’il se confierait à lui avec autant d’aisance. Leur relation maître-élève était arrivée à terme finalement, et cela surprenait Red, autant que cela le troublait. Il avait toujours vu Callum comme une figure forte et d’autorité. Le voir abîmé d’une certaine faiblesse rendait le brun mal à l’aise, d’une certaine façon. Il ne savait pas trop sur quel pied danser, mais il décida d’écouter attentivement les paroles du magicien.
Autre le fait qu’il n’avait pu parler avec sa jumelle depuis un certain temps, ce qui, Red était certain, l’affectait aussi certainement, il s’agissait principalement d’un différend avec la Reine Cassyanne, qui le mettait dans cet état-là. Un différend sur l’enseignement que Casca et lui avait prodigué au loup ainsi qu’à ses confrères et consœurs.
Une de ses oreilles lupines partit rapidement en arrière. Il sentait mal la question qui allait suivre. Il pensait, en bien, que cela allait le mettre dans une position inconfortable. Redÿsco n’aimait pas particulièrement être mis en porte-à-faux. Pourtant, il ne pourrait pas échapper à donner une réponse au mage.

La question vint, mais elle était encore troublante. S’agissait-il uniquement de cela ? La Reine n’avait pas à s’inquiéter si tel était le cas. Redÿsco, ainsi que tous les autres, avaient été bien préparés à parcourir Enkidiev et à rencontrer les membres de la royauté. Le loup doutait que le conflit qui opposait Cassyanne à son magicien ne concerne que cela. Le problème devait être plus large.
Red émit un léger grognement et baissa la tête, son esprit réfléchissant à vive allure. Il ne trouverait pas la réponse à ses propres questions seul. Il devait creuser, et en savoir plus.

*(Callum) Je ne peux pas parler pour tous, mais de mon point de vue je ne trouve pas de lacune à l’enseignement que vous nous avez donné.* répondit-il à l’adresse du magicien. *Et tu sais autant que moi que je n’étais pas le plus attentif, loin de là.*

Le chevalier releva son regard sur le visage de l’homme roux. Il espérait l’avoir au moins rassuré, et que Callum ne le laisserait pas sur sa faim. Malgré tout, Red était d’un naturel curieux et il pressentait qu’il ne s’agissait pas que des enseignements que Casca et son jumeau prodiguaient aux élèves.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
17.10.17 21:47
Invité
Callum demeurait préoccupé et renfermé réfléchissant à cette conversation qui avait eu lieu la veille. En gros, il avait résumé cela de manière convenable car les détails du différent qui l'opposaient à la reine, ne devaient pas nuire à la relation des chevaliers avec la reine: si celle-ci décidait sur une saute d'humeur de prendre en grippe les chevaliers, l'Ordre serait en difficulté. Même si il tenait beaucoup à cet ordre et à accomplir son devoir pour la protection d'Enkidiev, si la reine prenait la décision de le relevé de ses fonctions pour incompétence que cela soit avéré ou non, il ne voulait pas voir tout son travail détruit.

Cependant, Redysco le rassura. Callum perçut bien son mal aise, mais il voulait vraiment entendre un des chevaliers, même Red le rassurer ou orienté ses réflexions d'un côté ou de l'autre. Cependant, il fut vraiment rassuré de l'entendre dire que l'enseignement était adéquat. Ouf! Cela lui avait un immense poids sur les épaules. Il continuerait d'être qui il était et d'enseigner comme il aimait le faire avec la prochaine génération. Le rouquin fit un grand sourire et retrouva sa bonne humeur habituelle et connue.

« Merci. Tu me rassures. Honnêtement, je me demandais vraiment si ... j'avais les capacités de transmettre des connaissances. Je vois que oui, si tu me dis que mon enseignement t'a permis ou du moins ne t'a pas nui. »

Callum ne voyait pas vraiment son excentricité comme un défaut ou quelque chose d'inconvenant. Il aimait la vie, être heureux, rire, faire des blagues, flirter et bien d'autres choses. Et donc il enseignait avec la même légèreté qu'à ses vingt ans, même s'il en avait le double aujourd'hui.

« Et sinon, maintenant que tu as su me prodigué un peu de ta sagesse, puis-je faire de même ? Ou tu es parfaitement heureux et satisfait de la vie que tu mènes et tu aimerais que je laisse prendre conger pour retourner courir ? »

Le magicien s'exprima sans plus de trace de tracas, il avait relégué cela dans un coin oublié de son esprit pour reprendre son air enjoué et taquin, il faisait presque un clin d'oeil à l'énorme loup qui laissait percevoir un petit mal aise, sans doute dû à la question ou tout simplement à l'interruption de son escapade par son ancien maître d'école.

« Je ne suis pas des plus sages ou des hommes les plus avisés, mais toi, comme tes frères et soeurs, vous êtes toujours les bienvenues. Ma porte vous sera toujours ouverte. Tu cours seulement pour le plaisir ou pour réfléchir ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
24.10.17 7:06
Invité

Le grand loup d’Emeraude se releva tout en écoutant les paroles du magicien. Marchant d’un pas léger vers sa monture, il reprit forme humaine derrière ses flancs et sa croupe. Farfouillant dans les paquetages d’Ecume à la recherche de ses vêtements, c’est d’une oreille tout de même attentive qu’il entendait les réponses de Callum.
Cela lui semblait tout de même étrange que Cassyanne critique le travail de ses mages. Après tout, ils avaient fait d’eux des chevaliers capables de voyager à travers Enkidiev, sans s’attirer d’ennui grâce à leurs connaissances de chaque royaume. La reine avait été présente durant leur adoubement, alors il se demandait si le conflit qui l’opposait au roux ne tenait vraiment qu’à cela. Peut-être qu’il s’agissait d’un malentendu ? Callum avait un fort caractère, et une grande fierté. Blesser son orgueil était facile, et de nombreuses fois Redÿsco en avait fait les frais, car lui aussi était doté d’un tempérament à toute épreuve.

Callum était un excentrique, et le loup l’avait vu s’échapper de nombreuses fois à la rencontre d’autres. Parfois même sentait-il sur lui le parfum sucré de quelques demoiselles échauffées. Durant sa période adolescente, cela l’avait rudement mis mal à l’aise. Grâce à ses sens, Redÿsco avait accès à une partie de l’intimité des autres dont il aurait aimé se passer à l’époque. Depuis, il avait appris à contrôler son pouvoir de chasseur, mais cela n’avait pas toujours été facile de ressentir les émotions à travers les phéromones, les odeurs des uns et des autres, de ce qu’ils avaient mangé le matin, au composé du savon avec lequel ils se lavaient.

Enfilant ses chausses, Red darda son regard mordoré sur son ancien maître, alors que ce dernier reprenait du poil de la bête et semblait vouloir entamer une discussion. Les questions du mage d’Emeraude le troublèrent plus qu’il ne l’aurait imaginé. Il perdit son équilibre mental un instant, alors qu’il revoyait des images, simples souvenirs, de son passage à Fée.
Tu cours seulement pour le plaisir, ou pour réfléchir ?

Il ne s’était pas posé la question en sortant au petit matin. Il avait seulement ressenti l’extrême urgence de s’échapper aux murs du château, à sa vie l’espace d’un instant. En y repensant, oui, il avait voulu non pas réfléchir, mais plutôt mettre en arrêt ses tourments.
Il y avait bien quelque chose qui le dérangeait, mais était-ce si important qu’il devait en faire part à Callum ? Redÿsco avait tendance à se débrouiller tout seul, et ne comptait que sur lui-même quand il s’agissait de sa vie privée. Et puis, il avait l’impression de faire une faute, une erreur, avec Solveigh. Il en avait trop fait dans sa vie, dans son apprentissage. Il avait toujours été une plaie pour Casca et son jumeau. Alors, il ne voulait pas devenir le fardeau de l’Ordre, encore.
L’homme-loup avait fermé son esprit au magicien. Il se doutait que Callum possédait lui aussi de l’empathie et qu’il n’avait pas manqué de remarquer son léger doute, lorsqu’il avait posé ses questions. Aussi, Red préférait s’assurer que le rouquin n’irait pas fouiller dans ses pensées, ni dans ses émotions. Il hérissa donc sa muraille de glace et ses pieux, tout autour de son âme sauvage.
Il se débrouillerait seul pour oublier tout ça, et surmonter son trouble.

« Cela faisait quelques jours que je tournais en rond dans ma chambre, alors j’ai décidé de sortir me défouler un peu. »

En soi, il ne mentait pas.
Redÿsco sentait le besoin pressant de s’échapper de cette rencontre. Il appréhendait le fait que Callum cherche à creuser encore plus loin. Il ne voulait pas avoir à le repousser d’une quelconque manière. Il ne voulait pas avoir à le blesser plus qu’il ne le voudrait, ni plus qu’il ne l’était depuis sa discussion avec Cassyanne. Mais si le magicien insistait, le tourmentait, le loup n’aurait pas d’autre choix que de lui montrer les crocs et hérisser le poil, le rejeter pour mieux se protéger.
Le chevalier enfila sa chemise de lin ample, avant de retirer un brin de paille de la crinière de sa jument grise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
08.11.17 0:17
Invité
Callum avait posé ses questions avec légèreté, bien qu'au final, il était vraiment sincère. Il aimait bien chacun de ses (anciens) élèves et même s'il n'était pas quelqu'un de très paternel, il demeurait toujours disponible pour eux.

Le magicien caressa un peu la jument en attendant la réponse du chevalier. Cependant, celui-ci se contenta de reprendre sa forme humaine, de se rhabiller en éludant la question.

Callum hésita à chercher lui-même la réponse, mais par respect, surtout qu'il avait devant lui un adulte et que personnellement il n'apprécierait pas que quelqu'un fouille sa tête ainsi, il ne chercha pas de réponse plus profonde.

« Redÿsco si tu ne veux pas t'en ouvrir à moi, cela ne m'offense pas. Du moment cependant que tu sais que tu peux avoir confiance en moi et que tu peux également te fier à tes soeurs et frères, d'accord ? Si tu le désires, nous pouvons marcher ensemble ou bien reprendre chacun notre route. Que préfères-tu? »


hj. Désolé de pas dire grand chose, mais bon, Callum est pas du genre à "insister" (nonchalance)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude :: Les royaumes d'Enkidiev :: Émeraude :: La forêt-
Sauter vers: