:: Les territoires impériaux :: Île d'Irianeth :: La grande Forteresse Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Brother & Sister - Same Fight

avatar
Abÿgäl Löth'Liebchen
Chevalier d'Irianeth
Princesse impériale
Voir le profil de l'utilisateur
Abÿgäl s'entrainait beaucoup, que cela soit en magie ou en combat martial. Elle le faisait généralement seule car elle était très fière et elle ne voulait pas perdre la face devant quiconque. Elle était très hautaine. Elle se considérait comme la prochaine bras droit de l'Empereur. Elle ne l'était pas officiellement, mais elle désirait ardemment que son père se repose sur elle.

Depuis qu'elle avait intégré l'ordre, Abÿgäl avait remisé ses robes pour porter avec majestuosité l'uniforme noir de son nouveau rang. C'était les couleurs de l'ordre, mais il n'était pas question qu'elle se perde dans le style. Elle avait fait fait sur mesure la tunique, afin que la coupe, les coutures et que le choix du tissu s'harmonise à son sang royal. Elle portait donc un ensemble saillant et de meilleure factures que celui de ses frères et soeurs d'armes. Elle n'aurait pas supporté de porter une tunique de valeur égale à quiconque d'autre, sauf peut-être son frère.

Abÿgäl en plus de sa tunique, portait en tout tout sa longue épée à la ceinture en plus de ses deux poignards à lame longue. Elle aborait ainsi avec fierté ses aptitudes martiales et ce même lorsqu'elle étudiait à la bibliothèque ou qu'elle pratiquait la magie. Elle refusait d'être prise au dépourvue.

Abÿgäl était donc une chevalier impressionnante - elle avait déjà une apparence un peu terrifiante, mais son attitude était imposante.

La princesse ne restait jamais oisive. Elle devait toujours faire quelque chose de concrète : s'entrainer, apprendre, apporter son soutien à son père. Elle n'était pas hyperactive, elle rentabilisait son temps pour devenir meilleure, plus forte, plus habile, plus intelligente, ses aspirations étaient haute et toutes ses actions et ses pensées étaient tournées vers cet objectif.

Abÿgäl était donc dans la salle d'arme - une immense pièce circulaire arborant l'emblême impériale, car nulle autre allégeance ne pouvait exister que celle de servir leur suzerain légitime. Le sol était de marbre noir marqué par des symboles géométriques complexes pour les entrainements. Des alcoves dans le mur abritait des armes de légendes. La lumière y était faible, provenant de la coupole au plafond. La luminosité était donc naturelle et changeante. Il y avait cependant des torches qui pouvaient être allumer sur les murs.

Elle était venu ici pour s'entrainer en toute discrétion. Elle retira ses chausses afin d'être nue pied et de pouvoir se mouvoir avec plus d'agilité, car elle désirait améliorer ses aptitudes physiques à utiliser son environnement - de sa mère elle avait hérité de la capacité d'adhérer aux surfaces. Elle était donc plus stable pied nu. Elle projetait d'utiliser les murs et les surfaces lisses pour améliorer son agilité et son endurance musculaire afin de pouvoir résister plus adequatement aux assauts de ses adversaires.

hj.:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Azkhalon
Chevalier d'Irianeth
Prince impérial (héritier)
Voir le profil de l'utilisateur
10.09.17 14:33
[Hors rp] La salle d’armes que tu décris ne se trouve-t-elle pas dans l’aile des chevaliers ? Tu devrais alors demander à un admin de déplacer le fil dans le sous-forum approprié Wink [/Hors rp]

Longtemps l’héritier en titre du trône d’Irianeth n’avait pas daigné se lever de bonne heure, conséquences d’échappées nocturnes, de beuveries et diverses péripéties qui se devaient d’aller en conséquence, nourrissant une méchante réputation pourtant plus que repue. Et en dépit de la nouvelle discipline qu’il avait consenti à introduire dans une existence qui semblait s’étirer avec la monotonie féroce du plus rude des hivers, il lui fallait encore une raison pour se plier, avec une bonne grâce toute relative, à des habitudes qui contrevenaient à sa nature première. Mais le motif était là, réel, pressant autant que personnel, et cela suffisait.

C’est donc dès la matinée qu’Azkhalon fût aperçu, traversant la portion de la Forteresse impériale réservée aux chevaliers. Il portait l’uniforme noir de l’Ordre par-dessus ses vêtements ordinaires. Il n’aimait que modérément cet accoutrement, qu’il jugeait terne et rigide. Sans compter l’uniformité qui lui retirait le plaisir de rappeler au monde l’importance de sa noble personne ! Toutefois, il ne souhaitait pas offrir à quiconque un prétexte pour remettre en cause sa dignité de chevalier, aussi abordait-il cette tenue lorsqu’il venait faire, avec une régularité encore discutable, ses entraînements martiaux. Il s’avançait, le visage égal, saluant d’un signe de tête les rares personnes présentes, avec le poids familier de son épée au flanc. Il cherchait quelqu’un en particulier, mais n’était pas d’humeur à demander des indications. Il se savait plus que capable de les trouver lui-même.

Ses sens télépathiques étaient à l’affût. Des béances de lumières chatoyantes semblaient sortir des murs pour se porter à son encontre, toutes les fois qu’il discernait la présence de l’esprit d’une personne. Son pouvoir était puissant. Largement suffisant pour repérer même un apprenti magicien essayant de se dissimuler psychiquement –ce que personne n’avait de raison de faire ici. Et ainsi…

*La salle d’arme.* conclut-il en changeant d’étages, avec un hochement de tête pour lui-même. L’agenda de sa demi-sœur n’était pas des plus difficiles à discerner.

Il s’approcha en silence, un léger sourire aux lèvres. Elle était là. Une silhouette noire et fluide et mortelle. Il s’arrêta dans l’embrasure du haut portail de la pièce, s’adossa au mur à sa droite en la regardant, bras croisés. Tranquille et fier. Quand Azkhalon décida de lui manifester sa présence, ses lèvres restèrent figées dans la même expression, et il lui projeta l’équivalent télépathique d’un toussotement:

++Est-ce qu’un peu de compagnie te siérait, ma chère sœur ?++


« J'aime le jeu, l'amour, les livres, la musique / La ville et la campagne, enfin tout ; il n'est rien /
Qui ne me soit souverain bien/ Jusqu'au sombre plaisir d'un cœur mélancolique
. »
-Jean de La Fontaine, Éloge de la Volupté.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Abÿgäl Löth'Liebchen
Chevalier d'Irianeth
Princesse impériale
Voir le profil de l'utilisateur
Abÿgäl avait tout juste commencé à s'échauffer. Elle augmenta progressivement l'afflut de sang dans ses muscles, régularisant son poul, mais aussi sa respiration afin de prolonger son endurance. Elle n'était pas certaine de trouver quelqu'un d'assez téméraire pour venir la rejoindre : la plupart craignait son regard ou son sang impérial, difficile à dire.

Malgré tout, elle ne s'étonna pas de voir son frère venir. Ce dernier avait passé beaucoup de temps avec elle au cours des dernières années. Ils s'étaient entrainés ensemble et c'était grâce à cela qu'ils avaient été en mesure tous les deux d'intégrer l'ordre. Abÿgäl pour des raisons purement pratique et politique, pour Azkhalon... C'était autre chose...

Lorsqu'elle entendit les paroles mentales de son frère. Elle fit une pause et alla rejoindre ce dernier. Leurs tailles étaient toutes deux imposantes, bien que la soeur était beaucoup plus grande qu'une humanoïde - le sang de sa mère y était pour quelque chose.

++ Il me fait plaisir de te voir mon frère. ++

Ils avaient un style différent, du moins aux yeux dAbÿgäl qui se considérait encore comme débutante dans le maniement des armes alors qu'elle y avait passé une cinquantaine d'année. C'est qu'elle avait quand même passé plus d'un siècle à étudier et à s'entrainer à la magie.

++ De la compagnie me siérait très bien, surtout la tienne. ++

S'il était de coutume d'avoir un minimum d'honneur lors des entrainements et des duels entre alliés et parents. Rien n'empêchait parfois de faire fit des convences afin de démontrer les principes et les valeurs de l'ordre : la ruse et l'intelligence.

Ainsi sans invitation, la princesse impériale porta le premier coup au prince héritier impérial. Elle n'usa point de son épée, ce qui était de mauvais goût. De toute façon, Abÿgäl désirait surtout améliorer ses capacités physiques, mais également ces capacités martiales, et non ses capacités d'escrimeuse.

++ Voyons si nous avons progressé depuis notre dernier affrontement. ++


hj.:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude :: Les territoires impériaux :: Île d'Irianeth :: La grande Forteresse-
Sauter vers: