:: Les royaumes d'Enkidiev :: Zénor Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La tromperie des dieux

avatar
Kirëanie
Chef des chevaliers d'Émeraude
Voir le profil de l'utilisateur
30.08.17 23:22
L'elfe se tenait assise dans le sable depuis des heures déjà. Elle avait attendu que son écuyère soit finalement endormie avant de se faufiler hors du campement. Elle avait marché silencieusement tel un fantôme sans trop savoir ou aller. Elle n'avait eut qu'une envie, marcher et s'éloigner du village. Il faisait noir et la lune brillait dans le ciel, éclairant son chemin. Ce n'est que lorsque ses pieds nus touchèrent le sable fin des plages de Zénor qu'elle réalisa ou elle était. Kirëanie ne s'était pas du tout attendu à vivre tout ça lors de son passage dans ce royaume. Jamais il lui était passé par l'esprit qu'elle rencontrerait son âme soeur.

Caressant le sable du bout des doigts, elle avait regardé les vagues longtemps s'avancer vers elle puis s'en aller pour enfin revenir encore et encore. Elle tentait de se concentrer sur le son des vagues afin de ne penser à rien d'autre, ne ressentir rien d'autre mais, en vain. L'elfe avait toujours ces larmes qui coulaient sur ses joues, se demandant pourquoi ça l'affectait autant. Jamais elle n'aurait du s’immiscer dans le coeur du roi, maintenant elle en souffrait et lui encore plus. Pourquoi avait-elle été lui révéler qu'elle voyait cet aura lumineuse autour de lui ? Elle avait clairement raviver une sourde douleur avec laquelle il vivait toujours, même après douze ans. Silencieusement, Kirëanie demanda pardon auprès de la défunte des centaines de fois pendant qu'elle regardait les vagues. Elle s'en voulait tellement de l'avoir dérangé ainsi.

L'elfe fini par se relever après avoir roulé le tissu de ses pantalons par dessus ses genoux. Elle s'avança dans la mer jusqu'aux genoux tout en sanglotant, marmonnant tout bas :

- Par tous les dieux ...

Puis finit par plonger sous l'eau finalement. Elle en avait de besoin, sentir l'eau salée de la mer contre sa peau et l'envelopper. Remontant à la surface, elle pris garde aux vagues pour ne pas se faire engouffrer puis s'essuya le visage en repoussant ses cheveux de son visage. L'elfe nagea longtemps comme un poisson dans l'eau, s'immobilisant par moment pour plonger sous l'eau et hurler. Elle détestait ça, se sentir ainsi. Ce qui lui faisait surtout mal, était de savoir qu'elle n'était pas la seule à souffrir de la sorte. Le roi avait agit bizarrement, et ô combien elle même, au courant de toute la journée. Kirëanie qui était habituellement enjouée et débordante d’enthousiasme avait été très calme voir même ... atterrit ? Elle avait été mal à l'aise tout le long de la présence du roi au village. Elle n'avait même pas pu le regarder dans les yeux tellement elle aurait préférée se trouver ailleurs et dans un autre royaume.

Revenant vers la berge, la rouquine s’assit dans l'eau pour en avoir jusqu'à la taille. Elle avait bien l'intention d'y passer tout le reste de la nuit. Elle ne se sentait pas bien et ne voulait pas que son écuyère l'a voit dans un tel état. La femme chevalier tentait de comprendre pourquoi ça l’atterrait de la sorte. N'était-elle pas sensé se réjouir du fait que le roi ne voulait en rien accepter qu'ils soient tous les deux liés ? Pourquoi est-ce que ça lui déchirait le coeur comme ça ? Cet homme avait clairement souffert de longues années et continuait de souffrir. Elle ne pouvait pas bousculer encore plus le roi en lui imposant cette évidence. Tout bas, l'elfe assise dans l'eau ajouta pour elle-même, se convaincre :

- Les dieux ne peuvent que s'être trompés. Ils sont en train de me tester d'une bien vilaine manière ...


ROSES:
 


RPS EN COURS - MAJ 18 SEPTEMBRE:
 


PROCHAINES RÉPONSES RPS À FAIRE - MAJ 29 SEPTEMBRE:
 


RPS TERMINÉS - MAJ 6 SEPTEMBRE:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daegon
Roi de Zénor
Voir le profil de l'utilisateur
30.08.17 23:47
Aussitôt avait-il pu disparaître du village qu’il en saisit l’occasion. La présence de Kirëanie le dérangeait, oui, c’était bel et bien le terme qu’il devait employer. Sa beauté renversante, son âme si douce et délicate. Tout chez elle lui donnait envie de s’enfuir aussi loin de possible de son propre royaume. À peine avait-il quitter l’endroit où il lui avait présenter les futurs élèves qu’il éprouvait un immense soulagement de savoir une distance physique entre eux. Il osait croire qu’il n’allait pas la revoir avant qu’elle quitte Zénor, et encore, il serait peut-être plus intelligent de sa part qu’elle quitte le royaume sans lui dire un bonjour. Daegon ne supportait plus d’être en sa présence. Le roi lui en voulait, terriblement. Toute la journée, près d’elle, il avait eu envie de sentir l’odeur de ses cheveux. Il avait eu envie de la prendre dans ses bras et oui, il devait enfin se l’admettre ; toute la journée il avait fixé ses lèvres dans l’espoir d’en capturer le goût. Kirëanie avait envahi son esprit tout entier. Il se sentait sale, dégoûtant et la seule chose qu’il avait envie et qu’il avait besoin de faire c’était de se ressourcé auprès du caveau où gisait sa tendre et belle épouse. Il se précipita là aussitôt, il ne prit pas la peine de retourner chez lui, ni d’avertir qui que ce soit d’où il allait. Et puis bon hein, c’était lui le roi ici et il ne devait des comptes à personne.

Quelle ironie, n’est-ce pas ? Tout au long de la journée, la présence, bien que non désirée, de Kirëanie avait assoupit la souffrance et la tourmente qui l’habitait depuis le départ précipité et prématuré de sa douce épouse. Puis, à l’instant même où il posa un pied dans le caveau familial, là où sa belle Elena dormait pour toujours également, une envie de vomir le submergea. « Pourquoi Tessie ? Pourquoi ? Je t’ai aimé à la seconde où mes yeux se sont posés sur toi. Je savais que tu serais le plus grand, mais le plus beau défi de ma vie. Je t’ai aimé de tout mon être et je continuerais de t’aimer jusqu’au dernier jour de ma vie. Pourquoi m’envoyez cette elfe ? Pourquoi ? » Il appuya son front sur l’écriteaux où était inscrit son prénom. Les larmes coulaient généreusement et sans retenues. C’était bien ici le seul endroit au monde où il se sentait libre d’être qui il voulait, de ressentir de fond en comble sa peine. « Tessie. Je t’aime, toi et Elena étiez toute ma vie. Sans vous, je ne suis rien. Je…je ne pourrais jamais ouvrir mon cœur à nouveau. » Pourtant, son esprit le tourmentait davantage en lui montrant une vie où la femme à ses côtés, rayonnante et sublime, était l’elfe rousse. Ces images, bien entendues, s’entremêlaient avec les images du passés, un passé qu’il partageait avec Tessie. Alors qu’il pleurait, hurlait et donnait des coups un peu partout, quelque chose tomba à ses pieds. Une feuille, lentement, tomba. Daegon, surpris, regarda la feuille finir sa chute avant de la prendre. ‘’ Le bonheur continue au-delà de la mort.’’ Cette phrase, un coup de fouet. Daegon garda le bout de papier dont l’écriture lui était si familière. Il embrassa symboliquement Tessie. « Je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai jusqu’à la fin. » Il murmura cette phrase avant de s’enfuir à toute jambe, tenant ce bout de papier jaunis par le temps.

La lune brillait haut dans le ciel. Combien de temps avait-il été là, à pleurer ? Plusieurs heures, certainement. Daegon commença à courir jusqu’au village, là où la chef de l’Ordre devait passer la nuit. Elle avait refusé catégoriquement son invitation polie à loger chez lui. Lorsqu’il arriva, le campement semblait endormi. L’homme soupira. « Où êtes-vous ? » murmura-t-il avant de reprendre sa course à travers le sable, la pelouse et les roches. La nuit à Zénor était incroyablement sombre malgré la lumière de la lune et des étoiles. Daegon marcha aveuglément, suivant son instinct. Lorsqu’il arriva à la plage, son cœur se retourna et pour la première fois de la journée, en la voyant, son cœur et sa tête était en harmonie. Daegon se précipita jusqu’à elle. Il était tout habillé, mais il s’en fichait. Il devait la voir, la toucher.

Le mot qu’il avait trouvé, quelques heures auparavant, c’était sa propre écriture. À lui. Bien des années plus tôt, lorsque son père était sur son lit de mort, il lui avait fait écrire cette phrase. Il en avait oublié l’existence, à l’époque, de plus, même s’il n’était pas marié à Tessie, il avait l’intime conviction qu’il passerait toute sa vie auprès d’elle. Il comprenait enfin ce que son père lui avait dit. Tout comme lui, son père était resté fidèle à l’amour qu’il portait à sa mère, pourtant, il lui avoua que son plus grand regret avait été de repousser une femme qui avait su apaiser ses douleurs. Orgueil mal placé ? Peut-être. Quoi qu’il en soit, il regrettait aujourd’hui d’avoir peut-être passer à côté d’une belle et merveilleuse vie auprès d’une autre femme. L’amour qu’il ressentait pour une ne pouvait pas être un frein à l’envie d’être avec une autre. Daegon pénétra dans l’eau, sa tunique lui collait à la peau. Il s’approcha très bruyamment d’elle. Le choc des vagues le fit tombé, pratiquement sur elle. Daegon se retrouva dans une bien fâcheuse situation. La jeune femme, toujours assise, Daegon avait un bras par-dessus elle, qui touchait le sable. Son autre main libre s’accrocha à son visage et sans un traite mot il posa enfin ses lèvres sur les siennes. La passion l’emporta, il la tira vers lui ne sentant pas de réelle résistance. Il n’avait pas besoin de parler. Son cœur, son corps tout entier acceptait l’idée que la vie lui offrait la chance d’être heureux à nouveau. À défaut d’être encore avec sa femme, il pourrait être auprès du grand amour de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kirëanie
Chef des chevaliers d'Émeraude
Voir le profil de l'utilisateur
31.08.17 0:20
La femme chevalier était perdue dans ses pensées en fixant les vagues sombres droit devant elle. Elle ne savait pas trop ce qu'elle allait faire ou comment aténuer ce qu'elle ressentait. Peut-être demander l'aide des magiciens d'Émeraude afin de lui retirer ses souvenirs ? Peut-être même ceux du roi pour l'empêcher de souffrir inutilement ainsi ? Sans pouvoir pousser son raisonnement plus loin, le coeur de Kirëanie s'arrêta de battre alors que quelque chose lui tombait dessus. Son coeur battant maintenant contre sa poitrine fortement, elle allait se préparer à riposter et se relever avant de plonger ses yeux dans le bleu de ceux du roi. Plus que surprise, elle fixa le roi sans dire un mot. Que faisait-il là ? À moitié dans l'eau et par-dessus elle ?

Puis sans même lui dire quoique ce soit, il vint poser ses lèvres sur les siennes, l'a prenant encore plus de court. L'elfe ne pu s'empêcher de fermer les yeux. Sans savoir pourquoi, une partie d'elle-même se sentait rassurée à l'instant. La douceur du contact de son baiser mit un baume sur sa peine. Après un moment, Kirëanie étira un très fin sourire en détachant son visage du sien, ses grands yeux bleus rougis fixant ceux du roi. Il avait pleuré lui aussi. L'elfe le maintenait à distance avec sa main posée sur son torse. Elle l'observait, cherchant à savoir ce qui était en train de se passer. Puis ses yeux glissèrent vers sa main qui était près du coeur de l'homme, le sentant battre sous ses doigts.

- Je ne tiens pas à vous blesser d'avantage par ma présence vous savez ...

En même temps, elle savait qu'il n'était pas heureux dans sa situation actuelle. Elle n'avait qu'un désir depuis qu'elle avait posée les yeux sur lui, le rendre heureux, le soulager de toute cette douleur. Il avait assez souffert de par le passé.

Relevant les yeux vers le roi, l'elfe ne pu s'empêcher d'approcher son visage du sien de nouveau. Posant une main contre sa joue chaude, elle ferma les yeux lorsque son front toucha le sien. Avoir su tout le mal qu'elle causerait, la femme chevalier aurait choisit un autre royaume à visiter et n'aurait jamais mis les pieds à Zénor. Elle ne savait plus quoi penser.

- Juste ...

Elle ne pouvait s'empêcher. De son autre main, elle alla trouver la nuque du Zénorois pour finalement glisser ses doigts dans ses cheveux. Elle pouvait sentir sa peau s'électriser à son contact, lui certifiant que cette lumière autour de lui n'était pas une erreur. Elle avait la nausée de penser au choix qu'elle devrait faire, son coeur se serrant en arrêtant presque de battre. La douleur fut perceptible dans sa voix alors qu'elle murmurait :

- Vous n'auriez pas du venir ici ... Vous auriez du attendre que nous quittions Zénor et tout aurait été si simple ...


ROSES:
 


RPS EN COURS - MAJ 18 SEPTEMBRE:
 


PROCHAINES RÉPONSES RPS À FAIRE - MAJ 29 SEPTEMBRE:
 


RPS TERMINÉS - MAJ 6 SEPTEMBRE:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daegon
Roi de Zénor
Voir le profil de l'utilisateur
31.08.17 0:46
Une gamme d’émotion à la fois complète et contradictoire avait animé le bon roi de Zénor. Il avait été apeuré, inquiet, bouleversé, profondément anéanti, intrigué, passionné et finalement, il sentait être exactement à l’endroit et au bon moment. Le vent froid soufflait sur sa peau, mais ce n’était pas ce qui lui donnait autant de frisons. C’était le fait qu’elle répondait à son baiser avec autant d’ardeur qu’il en avait mis à la trouver, elle. Kirëanie interrompit le baiser et ils s’échangèrent des regards qui en disaient long. Elle semblait tout autant chagriné que lui. Bien entendu, Daegon ne pouvait comprendre que la peine qu’elle ressentait était parce que lui-même avait été anéanti de voir ses certitudes démolies en une seule phrase. Kirëanie posa sa main sur son torse, près de son cœur. Elle pouvait sentir la force de son cœur battre sous ses doigts. « Je ne tiens pas à vous blesser davantage par ma présence vous savez ... » Kirëanie approcha lentement son visage du sien, contredisant d’une certaine façon les paroles qu’elle venait de prononcé. Daegon pouvait sentir son souffle sur ses lèvres. « Kirëanie… » Murmura-t-il si bas qu’il n’était même pas sûr qu’elle ait compris le mot qu’il s’échappa de lui comme un soupire. « Juste… » La jeune femme glissa une main derrière sa nuque. « Vous n'auriez pas dû venir ici ... Vous auriez dû attendre que nous quittions Zénor et tout aurait été si simple ... » Daegon secoua la tête de gauche à droite. « Ô, ma lady, si vous saviez ce que j’aurais tant souhaiter avoir la force de vous voir partir loin de ma contré et ne plus jamais avoir à poser mes yeux sur vous. »

Daegon se pressa davantage sur elle, entourant son visage de ses deux mains. Il la regarda avec une rage passionnante indescriptible. L’idée de ne plus jamais la revoir lui était alléchante, cela serait un terrible mensonge que de prétendre le contraire. Sa vie lui convenait en partie, jusqu’ici. Il pouvait être auprès de toutes les femmes sans qu’une seule lui appartienne. Daegon le brave, Daegon l’éternel veuf. Cette identité lui collait si bien à la peau. « Pourtant, Lady Kirëanie, mon cœur à l’impression de mourir une troisième fois en imaginant votre doux visage ailleurs. » C’était, tout aussi vrai qu’il aurait voulu ne plus jamais la revoir. Daegon s’approcha de nouveau d’elle, l’embrassa de nouveau. Entre deux baisés il la tira contre lui, glissa ses bras autour d’elle, comme pour la protégée. Ses cheveux humides collaient sur son visage. « Kirëanie… » Il murmurait son prénom comme si sa vie en dépendait. Doucement, il retira le bout de papier, complètement mouillé, les mots à peine lisible et lui mit dans la main. « Le bonheur continue au-delà de la mort. »

Cette nuit, sous les étoiles, c’était d’un romantisme fou. Jamais il ne se l’avouerait à lui-même, il garderait toujours un coin bien précieux à Tessie, mais il devait admettre que ce qu’il vivait à l’heure actuelle avec l’elfe n’avait rien à voir avec ce qu’il avait jadis connu. Tessie était simple tout en étant compliqué. Elle était exigeante et capricieuse. Elle n’était pas une mauvaise femme, mais elle était une amoureuse qui demandait énormément d’attention. « Les dieux décidèrent de me faire le plus des cadeaux aujourd’hui. » L’homme ne rentra pas dans les détails, il glissa une mèche des cheveux de la jeune femme derrière son oreille, il plongea son regard sur elle, en elle. Le roi n’avait pas besoin d’ouvrir la bouche pour faire comprendre à la demoiselle qu’elle avait le champ libre pour lire en lui. Il ignorait ce que cette nuit donnerait, ni où elle les conduirait par la suite, mais il voulait jouer franc jeu avec elle. Sa sincérité était présente, sa peur aussi. Il avait l’impression de trahir Tessie, surtout lors de sa période festive préférée. Il craignait aussi de blessée Kirëanie, mais il ne pouvait faire comme s’il n’avait pas vécu avant aujourd’hui. « Je ne sais pas ce que l’avenir nous réserve, mais cette nuit nous appartient. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kirëanie
Chef des chevaliers d'Émeraude
Voir le profil de l'utilisateur
31.08.17 23:16
L'elfe aux cheveux roux tenait entre ses mains le bout de parchemin que le roi venait de lui remettre. Nul besoin de fouiller en profondeur pour comprendre que c'était très important pour lui. Elle baissa les yeux pour voir ce qui était inscrit et alors qu'elle tentait de déchiffrer les formes, il lui récita ce que ses yeux peinaient à voir. Les paroles étaient très belles, de qui venaient-elles ? Kirëanie avait encore de la difficulté à comprendre pourquoi il agissait ainsi et lui disait tout ça. Le pauvre semblait déchiré entre deux. Pas deux femmes, mais deux coeurs. Il était évident qu'il ne cesserait jamais d'aimer sa première femme, Kirëanie elle, pouvait-elle seulement vivre dans l'ombre de cette dernière ? Être sans cesse comparée à cette Tessie qui avait décidément rendu le roi le plus heureux des hommes, mais également le plus malheureux ? Elle ne comprenait pas trop et avait beau tenter de suivre les pensées du roi, il semblait tout aussi mélangé qu'elle.

Cela l'a frustrait d'une part, de savoir son âme soeur si proche d'elle et en même temps si peu accessible. Peut-être la situation aurait-elle pu être pire ... probablement. L'elfe avait les yeux fermés, le visage toujours entre les mains du roi. Elle demeurait paisiblement dans ses bras, cherchant à savoir si elle devait sombrer ou pas. Puis la femme chevalier eut une moue défaitiste en penchant la tête un peu de côté, murmurant :

- Je ne peux pas vous faire ça ...

Non elle ne pouvait pas. Elle, c'était une chose, mais elle refusait d'être la source d'un tel désarroi pour le roi. Elle refusait qu'il souffre comme il avait souffert à cause d'elle, de devenir un fardeau et un chagrin pour lui. Ouvrant finalement les yeux, l'elfe toisa le roi en soutenant son regard. Son coeur s'emplit de tristesse, se serrant fortement en lui coupant le souffle. Après un moment, elle se défit de l'étreinte du roi, le repoussant délicatement afin de se relever de l'eau et de remonter vers le sable. Prenant son courage à deux mains, la petite elfe expliqua au roi sans même oser le regarder, le coeur au bord des lèvres :

- En fait, je vous ai menti. Je vous ais dit voir cette lumière autour de vous simplement car j'avais espoir que cela soulage vos souffrances et ça n'a fait que les réveiller. Je ne vois rien du tout autour de vous, rien.

Elle venait bien entendu de mentir, mais quelle était la chance pour qu'il s'en rendre compte ? Elle ne pouvait pas le savoir bouleversé de la sorte de par sa présence, son absence, son amour et tout ce qui venait avec. Elle ne pouvait pas non plus vivre avec le fait qu'ils seraient séparés tout le reste de leurs vies. Elle n'avait pas besoin de lui faire vivre ça en plus. Il en avait déjà suffisament vu ainsi. Afin d'éviter de croiser son regard, la femme chevalier se mit en marche pour remonter la berge, tournant le dos au roi. Elle serrait les dents, une main sur sa poitrine pour tenter de calmer elle-même les battements qui menaçaient de lui déchirer la poitrine.


ROSES:
 


RPS EN COURS - MAJ 18 SEPTEMBRE:
 


PROCHAINES RÉPONSES RPS À FAIRE - MAJ 29 SEPTEMBRE:
 


RPS TERMINÉS - MAJ 6 SEPTEMBRE:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daegon
Roi de Zénor
Voir le profil de l'utilisateur
01.09.17 0:24
La magie de cet instant offrait plus qu’un baume sur son cœur déchiré. Il avait l’impression, pour une fois, d’être exactement dans les bras de la femme qu’il lui fallait. Quelle ironie, n’est-ce pas, que de se dire que son père avait passé par le même chemin que lui, empruntant le chemin dans lequel il s’engageait. Son père l’avait bien mise en garde, par le passé, que l’amour frapperait un jour à sa porte et qu’il ne devait pas la laisser fermer. Daegon caressa tendrement le bras de Kirëanie, il tentait de lui transmettre toute son énergie. Alors qu’il croyait arriver à atteindre ce lien si étroit avec elle, la belle se retira de lui, s’excusant presque. « Je ne peux pas vous faire ça ... » Daegon la regarda s’éloigné de lui, si surpris qu’elle stop cet élan entre eux qu’il en fût paralysé. Étrangement, naïvement peut-être, le roi n’avait pas envisager un instant qu’elle le repousse. Après tout, ne lui avait-elle pas dit qu’ils étaient des âmes sœurs ? Kirëanie s’éloigna lentement de lui, il pouvait lire sur son visage qu’elle était sincèrement désolée. Daegon la suivit sur la plage, tombant à cause des vagues qui frappait sur lui avec violence et qui, une fois sur elle, se calmait. « Attendez. Non, Kirëanie, attendez. »

« En fait, je vous ai menti. Je vous ai dit voir cette lumière autour de vous simplement car j'avais espoir que cela soulage vos souffrances et ça n'a fait que les réveiller. Je ne vois rien du tout autour de vous, rien. » Daegon s’avança de plus en plus vite jusqu’à elle. Il n’écoutait pas réellement les mots qu’elle tentait de lui dire. Mélusine lui avait si souvent dit qu’il était imprégné d’une tristesse et d’une mélancolie dramatique, il n’était pas stupide et se doutait que c’était ce qu’elle voyait en lui. Arrivait-elle à voir au-delà de ça ? Arrivait-elle à voir en lui qu’il se sentait près pour quelque chose de vrai, de sincère avec elle ? C’était fou de dire ça, il la connaissait si peu, mais il avait se disait qu’il avait la vie entière pour la connaître. « Kirëanie. » Il cria son nom alors qu’elle semblait marcher à la vitesse de la lumière. Daegon fit quelques enjambés plus longues pour se retrouver à sa hauteur. Il lui attrapa la main, la fit tournoyé et l’agrippa dans ses bras.

Le roi faisait facilement deux têtes de plus qu’elle. Kirëanie semblait si délicate, si fragile contre lui. Daegon referma doucement ses bras autour d’elle et posa son menton sur le dessus de sa tête. Il remonta une main jusqu’à sa nuque et déposa un baiser sur le dessus de sa tête, prenant une grande inspiration. Il voulait ouvrir son cœur, qu’elle sache que cette histoire pouvait fonctionner. Tout au long de sa vie avec Tessie, aussi tumultueuse fût-elle, toujours il lui a été fidèle, parce que lorsqu’il offrait son cœur, c’était avec la plus pure des loyautés. Kirëanie semblait avoir sa place dans ses bras, une petite voix au fond de lui murmurait qu’elle avait plus sa place que Tessie ne l’avait jamais eu. Cette brave chevalière, cette courageuse femme qu’il portait sur lui à l’instant même. Une femme indépendante, il en était convaincu. Il n’aurait pas besoin de la protégée, il n’aurait pas à craindre pour sa vie. Sans la connaître, il portait en elle une dévotion et une confiance aveuglante. « Kirëanie. Je ne vous crois pas. » Il se recula, la retenant, il craignait qu’elle n’en profite pour fuir. Il glissa une main sous son menton, la forçant à la regarder dans les yeux. Le cœur de Daegon fit un bond monstrueux dans sa poitrine. Le bleu de ses yeux, la sincérité qu’il y lisait. Daegon la souleva de terre et l’embrassa avec une passion qu’il ne se connaissait plus. Ce baiser durant de longues secondes. Jeune homme, il avait toujours rêvé à ce genre de passion. Il finit par la reposer au sol, pris une grande inspiration.

« Je ne te crois pas. » Il passa au tutoiement. Cette femme, ce petit bout d’elfe, c’était la sienne. Il en avait plus que la certitude à l’heure actuel. « Tu es la pire menteuse que j’ai pu voir dans ma vie. » Daegon s’approcha d’elle, laissant glisser ses mains le long de ses bras pour finalement trouver place sur ses hanches. « Kirëanie. Je n’ai pas de magie en moi. Je suis même un incapable à ce niveau. Les télépathes n’ont jamais pu pénétrer dans ma tête. Ils pouvaient lire mon cœur, mon passé, mes incertitudes. Comme tu sembles le faire depuis ce matin lors de notre rencontre. » Un sincère, mais timide sourire se forma sur son visage. « J’ai été marié. Pendant longtemps. Notre amour fini même par faire un enfant, au bout de plusieurs années d’essais. Puis, dans la même semaine, ma fille est mort-née, puis ma femme est montée sur les grandes plaines de lumières la retrouver. » Il parlait rarement à haute voix de cette période de sa vie. Naturellement, l’émotion se noua dans sa gorge, les larmes montèrent aux yeux de cet homme si près de ses émotions. « J’ai été si troublé en te voyant. Tu étais un félin et déjà je ressentais une attirance vers toi. Ton regard… » Il caressa son visage. « Kirëanie, tu es de loin la plus belle femme que mes yeux eurent la chance de voir. Mon cœur veut exploser dans ma poitrine en ta présence. Tu représentes quelque chose que je ne me croyais pas permis de vivre. Tu es mon espoir. » Daegon approcha de nouveau son visage près du sien, appuya son front contre Kirëanie. « Kirëanie, je ne vois peut-être pas cette lumière que tu vois autour de moi, mais mon être tout entier à commencer à vibré au rythme de ton âme à la seconde où je t’ai rencontré. Kirë… » Il l’embrassa de nouveau. Il ne cesserait plus jamais de l’embrasser et de la prendre dans ses bras. « J’ai été troublé, oui. Non pas parce que tu me disais tout ça, ni parce que tu me fais du mal. C’est bien le contraire. Près de toi, mes blessures ne sont plus douloureuses. J’étais troublé parce que je refusais d’admettre qu’une autre femme puisse me faire ressentir ainsi. Jamais Tessie n’a su me faire sentir ainsi et vois-tu, j’étais terrifié. » La sincérité était une valeur qu’il tentait de transmettre chez son peuple, il devait être un exemple pour eux. « Reste avec moi, ce soir. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kirëanie
Chef des chevaliers d'Émeraude
Voir le profil de l'utilisateur
06.09.17 0:39
Au fond d'elle-même, l'Elfe souhaitait que le roi demeure à sa place. Qu'il ne l'a suive surtout pas. Ne pouvait-il pas juste croire en ce qu'elle venait de dire ? N'eut-elle pas marché cinq pas qu'elle entendait son prénom. Elle continuait de marcher, ne ralentissant pas et accélérant même le pas. La femme chevalier entendit ensuite Daegon crier son prénom fortement. Elle allait se transformer en félin pour lui échapper plus rapidement lorsqu'elle se sentit tiré vers l'arrière. Puis prise dans les bras du roi. Au fond d'elle-même, Kirëanie sentit un découragement l'envahir et une envie de hurler. Non ! Il n'avait pas le droit ! Et son cœur lui, était soulagé qu'il l'ait rattrapé de la sorte avant qu'elle ne réussisse à se sauver. Les contradictions auraient-elles été présentes si son âme sœur avait été un compagnon d'arme de l'ordre ? Les sensations qui s'amassaient présentement dans son esprit et son cœur auraient-elles été aussi fortes, aussi prenantes ? Une seule chose était sûre pour l'instant, Kirëanie ne se sentait pas du tout à l'aise. Elle avait l'impression qu'on tentait de l'a piéger, qu'on cherchait à l'a tester. Une situation à laquelle, l'Elfe n'était réellement pas préparée. Cela lui tombait dessus sans un petit mot de bienvenue. Qu'en était-il du roi ?

Alors qu'elle réfléchissait, complètement à l'intérieur d'elle-même en tentant de ranger ses sentiments et ses pensées dans des cases bien identifiées, Kirëanie ne réagit pas ou peu à ce que le roi faisait. Il l'a maintenait fermement contre lui, probablement pour ne pas qu'elle se faufile dans une ouverture. Si elle avait perdu pied, sa position aurait été maintenu par le roi tellement il l'a tenait contre lui. Pourtant, son corps se détendait sous les mains du roi de Zénor alors que la bataille faisait rage uniquement en son fort intérieur, ne laissant pratiquement rien paraître. Puis la voix du roi l'a ramena brusquement de ses pensées.

Venait-il juste de dire qu'il ne l'a croyait pas ? La jeune Elfe fronça les sourcils. Pourquoi mettait-il tout ça si compliqué ? Non, c'était elle en fait qui compliquait les choses. Pouvait-elle simplement accepter le fait qu'ils étaient destinés à être ensembles. La raison demeurait vague pour Kirëanie même si elle paraissait évidente. Puis son regard plongea dans celui de son aîné (hahahaha j'ai pas pu m'empêcher) d'une façon totalement médusante. Elle n'avait aucune idée pourquoi, mais elle se retrouvait là, complètement attentive à ce qu'il dirait. Allait-il seulement parler ? Le baiser qui suivit eut un effet foudroyant chez l'Elfe. Cette fois-ci, la passion du roi l’enivra totalement alors qu'elle s'était elle-même rapprochée de lui, répondant avec la même impulsion que lui.

Les secondes s'écoulèrent avant qu'elle ne se sente reposée au sol. La tête lui tournait agréablement avec la sensation d'avoir vécu un moment totalement excitant. Il l'a tutoyait maintenant ? Kirëanie resta surprise, le fixant silencieusement tout en reprenant son souffle. Sa remarque sur son mensonge l'a fit sourire un peu. Bien entendu qu'elle était la pire menteuse qu'il ait pu voir, a elle n'avait pas de misère à le croire. Cela devait être le premier mensonge qu'elle n'ai tenté de dire de toute sa vie ... Il avait raison. La caresse de ses mains contre sa peau adoucit ses pensées. Elle pu réellement concentré toute son attention sur le roi et son dialogue. Lorsqu'il sourit timidement, l'Elfe rousse fit de même, continuant de l'écouter silencieusement. Lorsque ce dernier évoqua son lourd passé et que son regard commença à ressembler à la mer derrière eux, Kirëanie leva tranquillement ses deux mains vers le visage du roi. Elle balaya ses yeux avant que l'eau ne puisse atteindre ses joues, faisant glisser ensuite ses mains vers la base de son cou en soupirant. Lorsque l'homme vint placer son front contre le sien, la femme chevalier ferma les yeux en soupirant une nouvelle fois. Mais qu'est-ce qu'il était en train de lui faire ? ... Les paroles qu'il lui disait étaient tellement belles, c'était difficile à croire et pourtant, elle pouvait sentir sans difficulté la sincérité qui s'en dégageait.

Kirëanie tenait toujours Daegon à la base de son cou, frottant le bout de ses doigts contre sa peau comme pour se détendre elle-même. Même après tout ce qu'il venait de lui dire, les mots lui manquaient. Elle ne savait pas par ou commencer, ni quoi lui dire exactement. Ce qui l'a troublait le plus, était de voir toute la sincérité avec laquelle il venait de tout lui révélé. Elle ne sentait pas une once de mensonge. Pouvait-il réellement ressentir une attirance si forte pour elle sans même l'a connaître ? Elle-même, se faisait violence de ne pas trop avoir un raisonnement irréfléchi ou encore impulsif. Ce qui n'était vraiment pas son comportement habituel. Kirë était très près en général de ses sentiments et ne s'en cachait habituellement pas. Pourquoi était-ce différent maintenant ? Ce roi l'a tournait tout à l'envers, c'était le cas de le dire !

Après un long silence à fixer le roi, tentant de voir s'il tentait de se jouer d'elle, Kirë finit par sourire en ayant même le goût de ricaner.

- De toute évidence monsieur le roi, vous êtes perspicace pour quelqu'un qui n'a pas de facultés magi..

L'Elfe arrêta subitement de parler en remarquant le regard du roi. Était-il en train de lui faire les gros yeux ? Puis elle comprit bien rapidement en continuant :

- Très bien, le tutoiement, le tutoiement. Je dois avouer ne pas avoir la maîtrise comme je le voudrais sur mes sentiments ou mes pensées présentement. Ta présence me ... elle me trouble énormément aussi. Probablement pas pour les mêmes raisons que toi j'en conviens. J'ai l'habitude de bien analyser une situation lorsqu'elle se présente à moi et celle-ci ... m'a complètement jeté par terre sans prévenir.

Elle ne savait pas trop si cela était pertinent de tout lui dire comment elle se sentait. Il n'avait pas les moyens de pouvoir explorer magiquement ses sentiments, la moindre chose qu'elle devait faire c'était de les lui communiquer non ? Toujours très près de lui, la jeune Elfe avait le regard plongé dans le sien, prenant le temps de peser les mots qu'elle voulait lui dire.

- Ce avec quoi ma tête et mon cœur sont le plus en désaccord est le fait que ... tu es roi de Zénor et clairement, ta place est près de ton peuple. La mienne n'est-elle pas auprès des miens à Émeraude ? Ce que je ressens pour toi est ... indescriptible. Autant j'ai le goût de t'écouter et autant je devrais agir avec une logique implacable. Je ne devrais jamais quitter mon écuyère et pourtant je me trouve ici ... dans les bras du roi de Zénor ... C'est totalement insensé !

Le roi semblait vivre le moment présent en faisant tranquillement une place bien gardée pour le passé. Il ne semblait cependant pas, regarder le futur très loin. Kirë elle, était déjà en train de penser à comment elle exercerait ses fonctions tout en donnant son cœur à Zénor et en aimant son roi. Comment pourrait-elle seulement se diviser en deux afin de satisfaire les deux partis ? Elle s'était engagée depuis sa tendre enfance à l'ordre d'Émeraude ... personne ne lui avait dit quoi faire en de telle circonstances ! Elle ne voulait pas faire un choix ... serait-il égoïste de quitter sa famille pour en commencer une nouvelle avec ... son âme sœur ? Ce n'était pas n'importe qui quand même ! Elle se sentait extrêmement coupable de faire passer son bonheur avant son honneur, en serait-elle seulement capable ?

- J'accepte de te suivre pour cette nuit Daegon.

Et probablement toutes les autres, finit-elle mentalement. Son cœur semblait léger alors que sa tête ... Elle aurait aimé pouvoir lui montrer à quel point elle était divisée et tout ce qu'elle ressentait. Elle ne se sentait pas capable de prendre une décision rationnelle, elle était perdue.

[Okayyyyy sérieux, pardon pour les looooongs monologues intérieurs ... Mais tu sais, ta petite Elfe est une sensible hein, heureusement que ton roi est aveugle magiquement Il en aurait un haut le cœur tellement c'est la pagaille là-dedans hahaha !]


ROSES:
 


RPS EN COURS - MAJ 18 SEPTEMBRE:
 


PROCHAINES RÉPONSES RPS À FAIRE - MAJ 29 SEPTEMBRE:
 


RPS TERMINÉS - MAJ 6 SEPTEMBRE:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daegon
Roi de Zénor
Voir le profil de l'utilisateur
19.09.17 11:02
Cela faisait si longtemps maintenant que le roi de Zénor refusait d’envisager le futur. Une partie de lui aurait tout donné pour ne pas avoir à envisager quoi que ce soit. À l’époque, la vie, sa vie, était entièrement dessiné. Il avançait dans des pas déjà tracer dans un avenir glorieux, il en était certain. La vie décida finalement de le mettre sur un autre chemin et si pendant douze ans il c’était demandé pour quoi, il réalisa à cet instant que ce n’était pour ‘’quoi’’, mais plutôt pour ‘’qui’’. Daegon était un grand romantique. Ce trait de personnalité n’était bien entendu pas le plus courant qu’on entendait chez lui. À ce jour, simplement la chanson relatant son aventure amoureuse pour conquérir Tessie en faisait l’éloge. En soit, c’était normal. Le romantisme était quelque chose qu’on partageait avec l’être aimé, dans son cas, elle n’était plus. Le roi caressa les longs cheveux roux de l’elfe en l’écoutant parler de ses craintes. « - Ce avec quoi ma tête et mon cœur sont le plus en désaccord est le fait que ... tu es roi de Zénor et clairement, ta place est près de ton peuple. La mienne n'est-elle pas auprès des miens à Émeraude ? Ce que je ressens pour toi est ... indescriptible. Autant j'ai le goût de t'écouter et autant je devrais agir avec une logique implacable. Je ne devrais jamais quitter mon écuyère et pourtant je me trouve ici ... dans les bras du roi de Zénor ... C'est totalement insensé ! » L’homme ne peut s’empêcher de sourire devant ces aveux. Il resserra son étreinte. Daegon allait ajouter quelque chose lorsqu’elle le surprit. « J'accepte de te suivre pour cette nuit Daegon. »

Cette nuit et j’ose espéré, toutes celles qui suivrons pensa-t-il fortement, oubliant l’espace d’un instant qu’elle avait accès à ses pensées, même les plus secrètes. Daegon sentait son cœur se gonflé, son estomac se noué. Il n’était pas magique, il ne pouvait pas savoir à quel point la femme qu’il avait devant lui était mêlée dans ses sentiments. Daegon ne se doutait pas un instant que Kirëanie vivait un gouffre émotionnel qu’il ne pourrait même jamais imaginer. Daegon glissa ses mains le long des bras de Kirëanie, il pouvait sentir le frisson sur sa peau. Il la regarda, avec douceur. « Tu as froid. Viens, allons chez moi. Je vais faire un feu et nous pourrons nous réchauffer. » Il agrippa la main de la chef de l’ordre sans lui laisser le choix.

La petite chaumière du roi n’était pas bien loin de la plage à dire vrai. Cette maison était celle qu’il avait construit lorsqu’il avait épousé Tessie, comme le voulait la tradition Zénoroise. Il n’avait jamais su se résoudre à la détruire pour en rebâtir une nouvelle. Il avait envie que cette maison transpire encore l’existence de sa femme et encore plus celle d’Elena. Daegon n’acceptait toujours pas son décès, une partie de lui continuait de chercher une explication. Pourquoi les Dieux avaient-ils mit autant de temps à lui donner le bonheur d’être père pour finalement lui retirer aussi violemment ? « Ici, à Zénor, nous devons construire de nos bras la demeure familiale. La royauté ne vit pas dans le palais, mais ça, tu le savais probablement déjà. » Enfin, ils se retrouvèrent devant la chaumière du roi. Elle n’avait rien d’extraordinaire, peut-être était-elle un peu plus grande que les autres de la région. Daegon et Tessie avaient l’intention de fonder une grande famille. La demeure contenait trois chambres. L’extérieur était sommé toutes plutôt banale, à l’exception des portes que Tessie avait insister pour qu’elle soit d’un bleu comme l’océan. Daegon ne peut s’empêcher de sourire devant ces portes, surtout repensant à la manière dont ils avaient réussi le tour de force de les peindre de cette couleur si peu commune. « Bienvenue au palais, Kirëanie. » Il ouvrit la porte, l’invitant ainsi à le suivre.

Le roi de Zénor vivait simplement. Ça n’avait rien à voir avec les luxueux palais des autres royaumes. Le roi se tourna vers Kirëanie avant de l’attiré dans ses bras. « Tu es toute trempe. Je vais te prêter des vêtements. » Il quitta la pièce principale, laissant Kirëanie baigné entièrement dans les fantômes de son passé. Accroché au mur se tenait plusieurs objets, tous ayant appartenue à un être cher du roi. Il y avait un hochet, une alliance, une dague et tant d’autres objets. Daegon avait connu beaucoup de deuil dans sa vie d’humaine. Ces pertes l’avaient forgé. Le roi revint au bout d’un court moment avec une tunique, une tunique d’homme. Daegon avait conservé quelques habits de Tessie, mais il ne voulait pas voir Kirëanie les porter. Il apportait un attachement particulier aux vieux vêtements de sa femme, oui, mais c’était surtout par respect pour sa souffle flamme. Jamais il ne voudrait la blesser volontairement et même s’il avait perdu son expérience envers les femmes, il se disait que cela pourrait être blessant pour la chef. « C’est un peu grand, mais ça va te réchauffer. » L’homme s’approcha d’elle et posa un baiser sur son front.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kirëanie
Chef des chevaliers d'Émeraude
Voir le profil de l'utilisateur
29.09.17 23:38
Peut-être le connaissait-elle depuis toujours finalement ? Elle avait cette drôle d'impression de pouvoir être familière avec lui et cela sans gêne. Plus les secondes passaient et plus ce malaise se tassait dans un coin de sa tête pour lui éclaircir l'esprit de plus en plus. Une petite voix lui susurrait qu'elle était faible de succomber à si peu. Elle en avait conscience, elle qui avait pensé être plus forte que ça depuis toute petite ...

La pensée du roi fit sourire l'elfe. Elle n'avait pas pu s'empêcher de l'a capter puisqu'il l'avait pensé si haut. Heureusement que lui, ne pouvait pas lire ses propres pensées. Il aurait vu que la petite rousse pensait comme lui ...

De bon cœur, Kirëanie suivit le roi de Zénor sans même prendre garde à quoique ce soit. Elle voyait clair en lui et n'avait rien à craindre de sa part. La remarque de Daegon l'a fit rire. Elle avait froid un peu, mais les frissons n'étaient pas causé par la fraîcheur de la nuit ... Main dans la main, ils marchèrent un moment. Elle se laissait guider par le roi, ne sachant pas du tout ou il pouvait bien habiter. Elle savait cependant que cela n'était pas dans le château de Zénor. Elle ne comprenait pas trop pourquoi et espérait que le roi pourrait lui en dire plus à ce sujet. Tout en marchant, la jeune Elfe lui demanda :

- J'aimerais te demander une chose qui m'intrigue. J'ai entendu dire que le roi de Zénor n'habitait pas le château qui a jadis été érigé dans la région. Je sais de part mes origines que les Elfes ont cette coutume, mais les humains ... Je trouve cela particulier et très intriguant. Y a-t-il une raison en particulier ?

Elle espérait ne pas avoir été trop loin dans son questionnement. En même temps, son petit doigt lui disait que Daegon était quelqu'un qui aimait parler et qu'il se ferait un plaisir de l'informer de ses coutumes.

Puis ils arrivèrent bien rapidement devant la dite demeure du roi. Kirëanie resta bouche-bée. Ils approchèrent et elle fit une fixation sur les portes de son palais. Étaient-elles bleues ? Lorsqu'elle vit Daegon sourire face à ses portes, elle comprit en suivant ses pensées pourquoi. La belle rousse ne pu s'empêcher de sourire à son tour. Elle suivit le roi dans sa demeure avant de rapidement se retrouver dans ses bras. Surprise, elle demeura sans bouger puis n'eut pas eu le temps de lui dire qu'elle pouvait se sécher elle-même qu'il était déjà parti lui chercher des vêtements ... Il n'avait aucune idée de l'étendu de ses pouvoirs magiques et en même temps ... c'était une bonne chose. Haussant simplement un sourcil en le regardant disparaître au loin, la femme chevalier s'approcha au mur qui semblait contenir plusieurs souvenirs. Le premier qui attira son attention fut le hochet de bébé. Il était si petit ... L'Elfe n'avait pas le pouvoir de lire l'histoire des objets, mais n'avait nul besoin pour savoir qu'il s'agissait du hochet de sa petite fille ... Kirëanie étira la main afin de toucher l'objet du bout des doigts et sursauta en poussant une plainte surprise lorsque le roi revint dans la pièce. Trop concentrée, elle ne l'avait pas entendu revenir et avait reculée pour lui faire face. Peu habituée à ce genre de proximité de la part des autres, mis à part Névénoë, l'Elfe demeura légèrement froide au baiser qu'il venait de déposer sur son front.

- Tu m'as fais peur ... Tu ne sais peut-être pas, mais je peux magiquement retirer l'eau de mes vêtements ... Regarde.

La femme aux pouvoirs magiques lui sourit doucement en bougeant les doigts. Les particules d'eau quittèrent les fibres de ses vêtements pour former des bulles d'eau flottant tout autour d'elle. Même ses cheveux devinrent secs. Lorsque toute l'eau fut retirée, Kirëanie l'a fit magiquement flotter jusqu'à un sceau pour l'y déposer. Avec un léger rire, elle ajoutant quand même en prenant les vêtements que lui avait tendu le roi :

- Je vais quand même mettre tes vêtements avec plaisir., finit-elle en enfilant la tunique par-dessus sa tête. Elle baissa ensuite les yeux pour se regarder, et sourit en voyant la tunique lui arriver pratiquement aux genoux. Ta façon de vivre m'intrigue vraiment Daegon, pour un roi je veux dire ... Sans domestique et tout le reste ... à moins que je me trompe ?

Jamais, elle ne se serait permise de parler ainsi à un membre de la royauté si elle n'avait pas été certaine que cela était correct avec lui. Même si elle connaissait la réponse, elle espérait ne pas l'offusquer avec ses questions.


ROSES:
 


RPS EN COURS - MAJ 18 SEPTEMBRE:
 


PROCHAINES RÉPONSES RPS À FAIRE - MAJ 29 SEPTEMBRE:
 


RPS TERMINÉS - MAJ 6 SEPTEMBRE:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daegon
Roi de Zénor
Voir le profil de l'utilisateur
05.10.17 23:20
Ce que le roi connaissait de la magie c’était ce que sa grande amie et magicienne lui avait appris. Jusqu’à présent, jamais il n’avait émis de l’intérêt pour la chose tout simplement parce qu’il n’en possédait aucune, mais d’abord et avant tout parce qu’il avait une magicienne au talent incroyable ; Mélusine. Daegon repensait à la question que Kirëanie lui avait poser tout à l’heure pendant qu’ils marchaient jusque dans sa petite maison, il alors répondu qu’il lui expliquerait plus en détail. Elle sursauta plutôt en le regardant. « Tu m'as fait peur ... Tu ne sais peut-être pas, mais je peux magiquement retirer l'eau de mes vêtements ... Regarde. » Magiquement, l’eau se soulevèrent, carrément, des vêtements humides de sa dulcinée, rendant ainsi la tunique de la rouquine complètement sec. Elle fit voler les goûtes parfaitement rondes jusqu’au sceau le plus près. Daegon entre ouvrit la bouche, ne sachant comment réagir, il était très impressionné. « Wow… » Est le seul mot qu’il pu sortir de sa bouche. Kirëanie ria, ce qui fit fondre le Coeur de l’homme en lui pregnant les vêments. Elle accepta de mettre tout de même les vêtements, ce qui fit très plaisir au roi.

« Ta façon de vivre m'intrigue vraiment Daegon, pour un roi je veux dire ... Sans domestique et tout le reste ... à moins que je me trompe ? » Le Zénorois ne pu s’empêcher de rire à cette question. « Tu n’es pas la première à te poser cette question Kirëanie. » L’homme l’invita à prendre place sur l’une des chaises en bois qu’il avait lui-même construit, dans son jeune temps. « Tout à l’heure tu m’as posé une question et j’ai voulu t’expliquer ici. Je voulais que tu vois de tes propres yeux cette chaumière, simple je te l’accorde, mais pleine de vie. » Il s’arrêta, pris d’une émotion. Il regarda tout autour de lui, chaque endroit comportait son lot de souvenirs, tous lui rappelaient de bons moments. Daegon inspira profondément et reporta l’attention sur la jeune femme en lui prenant les mains. « Depuis plusieurs générations royales dans ma famille, nous tentons de nous rapprocher du peuple. Nous croyons qu’il est impossible de gouverner convenablement un peuple sans connaître réellement sa façon de vivre. Je ne pourrais jamais dormir paisiblement dans un grand lit confortable en sachant que mon peuple s’endort de peine et de misère sur une planche de bois. Je refuse d’être ce genre de roi. » Un sourire moqueur se dessina sur ses lèvres. « Je t’avoue Kirëanie, je n’ai pas toujours été ainsi. J’ai changé… » Tessie occupa alors une énorme place dans sa pensée. Il avait changé, pour elle. « Je suis devenu celui que je suis, j’ai forgé mon royaume ainsi. Je ne possède pas de domestique parce que je veux, je dois le faire moi-même. Je ne suis pas un surhomme, je ne suis pas un Dieu. Je suis un être humain, une création de Parandar comme toutes les autres. »

Daegon lâcha doucement les mains délicates de l’elfe pour s’appuyer sur le dossier de sa chaise. Il ferma les yeux, il ne vivait pas très loin de l’eau et il pouvait entendre le bruit des vagues se brisant sur les immenses pierres. « Si tu fermes les yeux et que tu te concentre, tu arriveras certainement à entendre cette douce berceuse. Je n’échangerais ça contre rien au monde. » Involontairement, il fit comprendre à Kirëanie qu’il ne quitterait jamais son royaume. Sans doute devait-elle s’en douter. Daegon était un homme du peuple, il ne les abandonneraient jamais. « Et toi, comment est la vie dans un château ? Dans mes souvenirs, le château d’Émeraude n’a rien à envier aux autres palais. La princesse Cassyanne, maintenant reine, sans doute doit-elle l’avoir tout décoré ? » L’homme repensa à la jeune fille lorsqu’elle était venue ici, il n’avait pu passer autant de temps qu’il le souhaitait avec elle pour lui montrer tous les recoins de son royaume. « J’ai envie d’en apprendre plus sur toi. » Après tout, Kirëanie avait un accès illimité aux histoires de sa vie alors qu’inversement, il ne savait rien d’autre sur elle que son prénom et ses origines plus qu’évidente.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kirëanie
Chef des chevaliers d'Émeraude
Voir le profil de l'utilisateur
23.10.17 14:29
Les réactions du roi face à sa magie l'amusait comme un enfant. Elle n'avait pourtant rien fait d'extraordinaire à ses yeux, mais lui était impressionné. L'atmosphère dans la demeure du roi était agréable, douce et apaisante. Elle ne sentait personnellement aucune pression de sa part. Le roi l'invita ensuite à prendre place sur une chaise et elle fit donc. Elle était impatiente d'entendre ce qu'il avait à dire, elle avait soif d'en apprendre plus de cet homme qui était le souverain de Zénor.

Lorsque ce dernier mentionna la vie qu'il y avait à l'intérieur de sa demeure, l'elfe fit comme le roi et observa tout autour d'elle. Il était vrai qu'en regardant attentivement, il y avait des multitudes de souvenirs et d'objets. Il était certain que chacun avait son histoire. Kirëanie était absorbée par les paroles du roi, fascinée qu'il vive de cette façon. Il pouvait se permettre d'être le souverain de ce royaume et vivre parmi son peuple à la fois et comme eux qui plus est ! Cela lui semblait merveilleux. Le roi semblait heureux de ce mode de vie d'ailleurs.

Lorsque Daegon se perdit dans les souvenirs de sa défunte épouse, l'elfe détourna les yeux pour le laisser intimement avec cette dernière. Elle se mit plutôt à observer discrètement ce qui se trouvait tout autour d'elle en silence. Elle n'allait certainement pas le déranger, ce n'était pas son but. En mentionnant le bruit des vagues, la jeune femme souris. Bien sûr qu'elle l'entendait et n'avait pas besoin de grand effort pour le faire. Ses oreilles pointues pouvaient capter ce son très facilement et il était vrai que cela ressemblait à une berceuse. C'était si doux que n'importe qui pouvait s'endormir en l'entendant. Elle comprit son message sous entendu et sourit simplement doucement au roi en n'y pensant pas plus. Cette décision lui revenait uniquement à lui et jamais elle ne l'aurait forcé à faire quoique ce soit.

Kirëanie ne s'était pas attendu à ce que le roi lui pose ces questions. Elle n'était donc pas la seule de curieuse dans cette demeure ! Se redressant sur sa chaise, l'Elfe informa le roi du mieux qu'elle pu.

- Oh ! La vie de château est de loin celle que j'ai connu le plus puisque j'y suis arrivé très jeune. Je ne peux pourtant pas dire que je préfère cela à autre chose. Les chevaliers ont un aile bien à eux dans la forteresse d'Émeraude et nous y vivons tous sans exception. Je dirais que l'endroit que nous fréquentons le plus dans le château sont la bibliothèque, les bains et le hall. Le personnel y est très sympathique néanmoins, surtout ceux aux cuisines. La reine n'a pas fait de changement majeur, le décor semble ... le même ? Elle a fait une merveille avec les jardins royaux, c'est tellement beau à voir !

Les jardins était son endroit préféré de par sa diversité et sa flore. La femme chevalier continua :

- Tu sais, cette mission est la première qui nous permettre de sortir officiellement du royaume d'Émeraude. Pour ma part du moins. J'ai toujours désiré voir l'océan, j'adore l'eau. J'ose même dire que s'il m'était possible de construire une maison sur l'eau, je le ferais assurément et y vivrait ! Quand on m'a amené à Émeraude, le but premier de cela était de ... car j'avais des pouvoirs magiques. Ensuite avec l’enseignement, les mages nous ont inculqués les valeurs de l'ordre. Protéger, servir, défendre et tout ce qui va avec. J'en suis venu au fils de mes entraînements à ne vouloir qu'une chose, aider mon prochain et tout donner afin de rendre les autres heureux. N'est-ce pas là une belle mission de vie ? Je dois t'avouer cependant qu'en te rencontrant ... je suis maintenant déchirée. Il me semble que maintenant tu sois le centre de gravité de ma propre vie. J'en viens juste à me poser la question, comment pourrais-je faire mon devoir envers l'ordre, mais aussi celui envers celui que les dieux ont choisit de m'offrir ?

Peut-être espérait-elle qu'avec l'avis ou l'opinion du roi elle pourrait prendre une décision plus éclairée ? Elle lui parlait maintenant avec son coeur, même si cela lui semblait si surréaliste.

- Je sais bien que je viens tout juste de te rencontrer Daegon ... Je ne peux exprimer clairement ce qui est en train de se produire mais ... c'est en train d'arriver ... non ?


ROSES:
 


RPS EN COURS - MAJ 18 SEPTEMBRE:
 


PROCHAINES RÉPONSES RPS À FAIRE - MAJ 29 SEPTEMBRE:
 


RPS TERMINÉS - MAJ 6 SEPTEMBRE:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude :: Les royaumes d'Enkidiev :: Zénor-
Sauter vers: