:: Les territoires impériaux :: Île d'Irianeth :: La grande Forteresse :: Aile des chevaliers Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

« J'aime bien vos plantes ! » [Loka]

avatar
Ashura
Assassin personnel de l'empereur noir
Voir le profil de l'utilisateur
19.08.17 15:38
- Woah … On dirait un tout autre monde, marmonna-t-il pour lui-même alors qu'il déambulait dans un long couloir.

Son étonnement était légitime. Alors que le reste du palais -voir du royaume au complet- était plutôt sombre, ici, dans l'aile des Chevaliers … Tout était lumineux. Chaleureux, même. Et que dire de toutes ces plantes ! Le jeune homme passa ses mains sur quelques feuilles d'un vert rafraîchissant. Ah, il devrait traîner dans ce coin-là plus souvent; c'était tellement beau ! Or, cet étage était réservé aux membres de l'ordre d'Irianeth; rarement verra-t-on d'autres personnes s'y risquer. Enfin … Ashura s'en moquait bien. Il avait le droit d'aller où il le souhaitait après tout, héhé …

Cela n'expliquait pas malgré tout pourquoi le noiraud était là. Y était-il pour assassiner quelqu'un ? Non. En fait, il ne faisait que traîner par simple curiosité. Bien que le garçon ailé n'avait jamais été jaloux des sorciers et autres magiciens, cela restait toujours impressionnant de les voir à l’œuvre. Lancer du feu, des serpents électrifiés … La classe quoi ! Mais pas trop subtil …

Le protégé s'étira, l'air légèrement boudeur. C'était bien beau tout ça, or il n'avait toujours pas rencontré âme qui vive. Les Chevaliers étaient peut-être ailleurs … C'est sur cette pensée qu'Ashura entendit du bruit à sa gauche. Il jeta un coup d’œil vers les fenêtres et s'y approcha lentement. Elles donnaient vue sur une cours avec quelques soldats magiques qui s'entraînaient. Voilà où ils étaient passés ! Curieux, l'hybride les observa pendant de longues secondes... avant de réaliser qu'il était plutôt haut … Il sentit son cœur se serrer en se rappelant sa mésaventure et recula vivement. Se faisant, il se cogna le dos sur quelque chose et un cri peu viril franchit ses lèvres, surpris. Le pauvre petit assassin se retourna vivement avant de constater que ce n'était pas quelque chose qu'il avait accroché, mais bien quelqu'un … Oups.

- Veuillez pardonnez mon manque de... contenance, hésita-t-il quelques secondes en cherchant le mot. Ah, c'est gênant !

Le jeune homme passa ses mains sur ses habits comme s'il voulait y enlever de la poussière. Il regarda quelques instants la femme devant lui. Son visage lui disait quelque chose … Mais oui ! Elle était la cheffe de l'ordre ! Le faux pheryxian l'avait déjà aperçue de loin, mais ne lui avait jamais adressée la parole. Un sourire innocent sur les lèvres, il s'inclina brièvement.

- Je me nomme Ashura et je suis sous la protection de notre grand et puissant Empereur lui-même, se présenta-t-il longuement et fièrement. Et vous êtes ?...

Son sourire s'élargit avant de reprendre sans laisser la chance à la chevalière de répondre:

- Je plaisante. Vous êtes Loka, cheffe de l'ordre d'Irianeth. C'est un honneur de vous rencontrer, fit-il poliment avant de poser ses poings sur ses hanches et de regarder partout, l'air candide. C'est charmant ici ! Est-ce vous qui avez décoré ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Loka
Chef des chevaliers d'Irianeth
Voir le profil de l'utilisateur
04.09.17 17:54
Sérénité

Un doux soleil illuminais de sa paisible lueur les longs couloirs de notre aile, c'était un temps idéal pour y flâner et je m'adonnais à cette activité dès que je le pouvais.

Actuellement je m'accordais quelques minutes entre une, malheureusement nécessaire, entrevue avec Sir Samwell et un entraînement collectif ; quelques minutes salutaires, je n'étais pas très agréable à voir au sortir de mes rendez-vous avec le chef des sorcier. Mes camarades préféraient largement m'accorder ces instants de flottement que de me subir dans un tel état.

Pourtant aujourd'hui tout passa bien vite. Après seulement quelques minutes, et une longue cigarette prise assise sur l'un des nombreux balcons du fief de l'Ordre, je retrouvais une expression faciale naturelle, et une respiration douce.

Je déambulais donc aussi paisiblement que respirais l'aile. Les plantes y étaient omniprésentes, rampantes ou massives elles dominaient l'espace dans un enchantement végétal qui n'étais pas pour me déplaire. Je n'étais pas l’instigatrice de cet arrangement végétal généralisé mais je l'entretenais avec ferveur tant il me ravissait enfant, et que je voulais le voir continuer à ravir les futures générations. Qui plus est, cet abondance de végétation tranchait agréablement avec le reste du palais, plus austère ; Impérial et resplendissant bien sur, mais moins rassurant, moins vivant et chaleureux que le doux siège de notre Ordre.

J'avais probablement déjà dépassé le temps que je m'accordais habituellement. Mais le soleil était si doux aujourd'hui. Je n'avais pas envie de sortir, tout en m'hurlant copieusement dessus pour ce manque flagrant de dévouement. C'est donc d'un pas aussi léger que plaintif que je me dirigeais vers la cour pour rejoindre mes frères et sœurs. Et c'est toujours de ce pas, l’inattention de celle qui se ravit de peu en plus, que je rentra dans un petit être, hurlant avec plus de féminité que je n'en serais jamais capable. Un sourire mauvais s'étira sur mes lèvres, un élève turbulent surpris alors qu'il tentait d'échapper à ses cours ? Non. Je n'avais pas souvenir d'avoir un hybride phérixyan dans les rangs de nos élèves.

Le surpris, mais bien poli, gamin me donna bien vite la réponse que je cherchais avidement : Ashura… Ce nom ne m'était pas inconnu, contrairement à ce visage. Un petit protégé de notre cher Empereur ? Bah.

Alors que j'allais me présenter prestement il me coupa. Espiègle. Un petit protégé profiteur à ce que je voyais.

« Mhm. Je pris un instant pour fusiller le garçonnet du regard. Enchantée chère Pupille. Je me fendis d'une courbette des plus gracieuse, levant même la main au coeur. Je n'ai pas eu le plaisir de voir germer en moi l'idée de ces splendides arrangement. Je me contente de les entretenir avec plaisir. Un large et aimable sourire naquit sur mon visage, teinté d'une fermeté toute impérieuse. Mais que venez vous donc faire au fief de notre Ordre ? Le sourire se fit plus froid. Je tiens à vous faire savoir que si la protection de notre Saint Empereur vous permet bien sûr de venir ici à votre guise, l'Ordre aime à savoir qui se tient en son sein. »

S'il s'atténua jamais mon sourire ne disparu de mon visage, Ashura... Le petit protégé, adopté même, de notre Empereur. Il n'était pas qu'un nantis de plus, bien des oreilles me disaient le savoir assassin. Je n'avais cure des goûts de notre Empereur en matière d'assassin ; mais un enfant me paraissait tout de même déplacé pour le rôle…



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ashura
Assassin personnel de l'empereur noir
Voir le profil de l'utilisateur
25.09.17 15:30
La révérence digne de la noblesse que lui fit la chevalière contrastait avec le regard qu'elle lui avait lancé. Ah, elle avait peut-être mal pris que le jeune homme ne la laisse pas se présenter convenablement ? Dans tous les cas, il n'en avait pas grand chose à faire, aussi le noiraud continua-t-il de sourire de toutes ses dents. La cheffe de l'Ordre, lui faire une pirouette ! La classe haha !

Ashura se contenta de hocher la tête lorsque la magicienne guerrière lui expliqua qu'elle ne faisait qu'entretenir la place. C'était plutôt logique en fait. Toutes ces plantes ne semblaient pas nouvelles; elles étaient déjà incrustées le long des murs et des fenêtres comme si elles étaient apparues en même temps que les pierres. Sans aucun doute étaient-elles plus vieilles que l'assassin ! Enfin, ce n'était pas vraiment difficile à battre... mais ne lui dites pas.

- Vous faîtes un excellent travail d'horticulture dans ce cas, se permit-il de la flatter. La verdure est... verte. En santé.

Il imita le rictus charmant de Loka et garda celui-ci même lorsque cette dernière prit une expression plus dure. Ce que l'hybride faisait ici ? Bah … Euh … Pas grand chose. Remarquant que la femme aux yeux verts perçants semblait un peu tendue, le squatteur ne put s'empêcher d'éclater d'un rire cristallin, un peu comme celui des enfants.

- Détendez-vous, je ne suis pas là pour manger qui que ce soit, haha !

Manger, non. Mais tuer ? C'était plus plausible. Enfin, comme nous l'avons déjà souligné, le petit protégé n'était pas là pour supprimer qui que ce soit. Il n'avait jamais tué de chevalier-sorcier ou de sorcier tout court d'ailleurs; c'était peut-être des cibles encore trop élevées pour son niveau … Ils pouvaient sentir les gens venir après tout. Or, il comptait bien s'améliorer !

- Pour être tout à fait honnête, reprit le faux pheryxian après s'être calmé, je ne suis pas là pour affaires ou je ne sais quoi. J'étais simplement curieux.

Ashura passa une main dans ses mèches rebelles, l'air innocent.

- Je sais que cela semble être une piètre excuse, mais je n'étais jamais encore venu ici. Pardonnez-moi si je vous ai dérangée, madame... mademoiselle... cheffe ? Hm, comment dois-je vous appeler ?

Question légitime lorsqu'on sait que certaines dames détestent se faire appeler ''madame'' même si elles ont l'âge d'être grand-mère … Pas que Loka avait l'air d'une grand-mère, loin de là ! Elle était plutôt belle même, quoique trop vieille pour le gamin qu'était le sang-mêlé. Ce dernier jeta un bref coup d’œil par la fenêtre. Tiens, c'est vrai ça; pourquoi la chevalière n'était pas avec les autres ? Ce serait un peu bête que la capitaine elle-même ne participe pas aux entraînements … Sûrement avait-elle été occupée ailleurs. Et malheureusement pour elle, elle allait encore l'être, car le noiraud avait plusieurs questions qui lui brûlaient la langue …

- Je me doute que votre temps est précieux, mais euh, c'est la première fois que je vois un chevalier de notre grand et puissant Ordre d'aussi près …

Les yeux brillants, ses lèvres s'élargissaient de nouveau afin de former un sourire impeccable.

- Cela fait quoi d'avoir des pouvoirs magiques ?... Je sais que c'est brusque comme question, mais voyez-vous, je me suis toujours demandé si cela faisait mal lorsque vous lancez du feu ? Ou autre chose ? Vous avez des pouvoirs spéciaux ? Vous devez sûrement en avoir; vous êtes la grande cheffe après tout !

Vraiment, Loka n'était pas près d'aller rejoindre ses camarades …
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Loka
Chef des chevaliers d'Irianeth
Voir le profil de l'utilisateur
06.10.17 21:55
Espiègle et curieux semblait-il. J'avais laissé un rictus amusé me prendre les lèvres en voyant ce garçonnet reproduire impeccablement le large sourire que je m'étais efforcée de garder pendant toute sa litanie. Je ne pouvais qu'admirer sa verve inarrêtable et sa curiosité maladive ; ainsi que son absence totale de tout sens de l'étiquette… Il semblait pourtant bien se rendre compte qu'il parlait à l'un des grands pontes de l'Empire, moi la cheffe de l'Ordre. Mais il semblait aussi n'y prêter aucune attention, il me parlait comme il aurait pu parler à une gouvernante un peu stricte. Mademoiselle…

Un discret sourire amusé illuminai mon visage tandis-ce que je soupesais délicatement la gigantesque et rayonnante feuille d'une dieffenbachia géante, me paraissant faite d'or sous les rayons solaires. Décidément la causalité dans toute sa splendeur s'était décidée qu'il serait distrayant de m'empêcher à tout prix d'aller rejoindre mes camarades. Je soupirais, à nouveau et plus perceptiblement cette fois, tout en apposant, très théâtralement, ma seconde main, gantée, sur mes hanches.

Mon autre main caressait toujours avec délice l'immense feuille me surplombant alors que je détournais le regard du petit pour le plonger dans cet océan de verdure.

« La verdure est verte… Je souri, plus gaiement. Parfaite observation chère pupille. Appelez moi Loka et ne vous inquiétez pas pour ma tension. Je soupirai à nouveau. Si vous étiez venu pour dévorer l'un d'entre nous j'aurais malheureusement dû annoncer à notre Empereur la perte de sa bien aimée pupille. Mon regard se détacha de la plante pour se fixer à nouveau sur les iris du petit espiègle. Ni vous ni moi ne souhaitons qu'un tel événement se produise n'est-ce pas ? Notre cher Empereur serait dévasté. »

Finalement je soupirai à nouveau en tendant la main vers Ashura.

« Accompagnez moi donc chère Pupille, je vais répondre à vos questions tout en vous faisant visiter. Ainsi vous n'aurez plus à venir ici en cachette pour assouvir votre curiosité. »

J'attrapais sans plus de cérémonie la main de l'hybride, il se sentirai peut-être légèrement agressé par le contact rugueux du gantelets de cuir et de mailles qui enserrait désormais sa fluette main ; mais il avait mérité ne serait-ce que ce prémice de remontrance. Le pas léger et la figure aimable je pris, lentement, la direction de la Grande Salle. Les premiers pas se firent dans un silence parfait, seuls nos pas résonnaient gracieusement. Avant qu'ils ne cessent, je m'étais arrêtée devant un lierre farouche ; qui enlaçait férocement un pied de vigne. Je lâchais par la même occasion la main de la pupille.

« Chère pupille, j'approchai ma main nue vers le lierre pour le saisir vigoureusement, le feu des mages n'est pas au programme de notre formation je le crains. Nous sommes ici adeptes de formes plus… Directes, de magie. Le lierre commença à lentement se flétrir et mes mains de se recouvrir de cette familière aura noirâtre. Les rayons noirs des sorciers sont une concentration de cette énergie vampirique, elle dévore avidement tout ce qu'elle touche, absorbe sa vie elle même. J'agitais les doigts effritant et remontant lentement la pousse. Mais cette énergie qui pourrait vous tuez si aisément est inoffensive pour son lanceur. Le lierre se réduisit soudainement tout entier en miettes sèches. La sensation qu'elle nous procure n'est pas descriptible par de simples mots. Mais si je devais l'expliquer simplement, elle est comme une caresse rugueuse ; aussi douce que gênante. »

Qu'elle mouche me piquait pour me prendre ainsi pour une enseignante ? Mais l'innocence du gamin en face de moi avait quelque chose d'hypnotique, je me laissais emporter bien trop facilement dans ses facéties mais ; après tout, n'avions nous tous pas le droit à quelques moments de flottements ? C'est en souriant le plus aimablement possible que je repris pour ne pas laisser la pupille se lancer à nouveau dans un flot de questions.

« Pour ce qui est de mes… Capacités personnelles nous ne sommes pas dans un lieu adapté pour que je me laisse allez à vous les exposer. Mais pour, encore une fois, résumer simplement… Je saute haut. »

Je repris un visage plus neutre et lui tendis à nouveau la main, autant terminer la visite maintenant que je m'étais prise au jeu.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude :: Les territoires impériaux :: Île d'Irianeth :: La grande Forteresse :: Aile des chevaliers-
Sauter vers: