:: Les royaumes d'Enkidiev :: Jade Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un piège bien ficelé

Invité
Invité
04.08.17 21:09
Invité
[J'ai situé le RP à Jade, car selon moi c'est par là que passerais Névénoë pour remonté jusqu'à Elfe. J'ai inclus Beldak dans le RP parce qu'il doit toujours être avec Névé. Vous répondez dans l'ordre que vous voulez pour la première fois, ensuite ça sera chacun notre tour
dans l'ordre de départ.  J'ai hâte de voir ce que ça va être ce RP !]


‘’ Baldak, je n’en t’ai pas parler jusqu’ici, mais nous ne partons pas réellement en mission diplomatique pour rencontrer les enfants magiques. ‘’ Névénoë était assise sur sa jument rousse nommé Preston depuis plusieurs heures maintenant. Kirëanie et elle avaient étirés les aurevoirs un peu trop longtemps maintenant et le soleil commençait à se perde à l’horizon. ‘’ Tu es mon écuyer et je dois être transparente avec toi. C’est la base de la confiance. Tu piges ?? Euh, je veux dire, tu comprends ? ‘’ Combien de fois l’elfe avait-elle été averti qu’elle ne devait pas utiliser un langage courant, elle devait être bien élevé et prouver que les Chevaliers d’Émeraude sont uniques. La combattante se tourna vers son jeune ami qui avait seulement six ans de moins qu’elle. Névénoë trouvait étrange de montrer à un jeune garçon tout ce qu’il devait savoir alors qu’elle n’était pas capable de garder un poisson rouge vivant, non pas qu’elle n’avait un jour eu l’occasion, mais elle le présumait. ‘’ Tu dois te demander où nous allons hein, avoue ? ‘’ Ça serait pour demain les bonnes manières, visiblement.

La mission, la véritable mission qui occupait l’esprit de Névénoë était beaucoup plus intéressantes. Cela faisait quelques jours qu’elle épluchait attentivement les ouvrages de la bibliothèque d’Émeraude. Malheureusement, elle n’avait rien trouvé qui pouvait l’aider de près ou de loin à comprendre ce que signifiait cette marque sur son visage. Toutefois, elle ne perdait pas l’espoir d’obtenir un début de réponse pendant les semaines, voir les mois, que durerons son voyage. ‘’ BalleDo, nous allons en apprendre plus sur un peuple elfique. C’est ça que nous allons faire. Tu vas devoir faire ce que je te dis, d’accord ? ‘’ Névé se tourna enfin vers son écuyer qui avait un air abasourdi. ‘’ Fait pas cette tête petit bonhomme, on va s’éclater ! ‘’

C’est à cet instant que choisit Preston pour prendre peur. ‘’ Oh, doux ma belle ! ‘’ Névénoë trouva curieux le comportement de sa jument qui était si calme habituellement. Ce changement radicale dans son comportement éveillé le radar de la chevalière. Elle n’était pas qu’une naïve elfe qui avait en tête sa mission, elle restait aussi par moment une redoutable combattante à l’épée. ‘’ Baltazhar, ouvre les yeux. Preston nous indique qu’il se passe quelque chose d’étrange dans les environs, ouvres les yeux. ‘’ C’est à cet instant qu’elle le vu, perché dans le haut d’un arbre. Un petit garçon qui semblait plus jeune que son écuyer Beldak Ray. ‘’ Oh. ‘’ Névénoë sauta en bas de sa selle et couru en direction du garçonnet, abandonnant presque son écuyer sur son cheval. ‘’ Suit-moi jeune Écuyer ! Nous avons un enfant à sauver. ‘’ L’elfe fini par atteindre l’arbre. ‘’ Hey, petit, tu as un problème ? Je suis Névénoë d’Émeraude et voici mon écuyer Bilbo d’Émeraude ! Nous sommes là pour t’aider. ‘’
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
06.08.17 4:35
Invité
Mon maître m'avait parler d'une mission diplomatique, j'en avais pas saisi les détails, je me contentais de suivre ses ordres et rien de plus. J'avais pris place sur mon cheval noir Dovin a côté de mon maître. Elle m’impressionnait beaucoup, le sous-chef de l'ordre, ce n'était pas rien, si jamais je pouvais atteindre la moitié de sa force... j'en serait heureux, pour le moment, j'en étais très loin... trop loin, j'avais encore beaucoup à faire avant d'atteindre son niveau. Depuis que j'avais parlé à Illana, j'étais plus distant avec elle, je lui parlais moins, j'étais beaucoup plus évasif, beaucoup plus que d'habitude en tout cas, car j'avais une attitude solitaire de nature. Je ne lui avais pas parler, je ne savais même pas si elle le savait au sujet de mon groupe natal. Elle me dit que nous partions pas en mission pour le sujet de départ... Ah bon? t'en pis, une chance que nous partions, ça nous permettra de changer d'air. Je me demandais toujours si je devais lui dire la vérité ou pas, certes je serais plus léger après, mais je risquais de me faire châtier par la suite.

Une sueur perla sur mon front quand elle me parla de la confiance, je trouvais le tout très... ironique, elle voullait me passé un message subtile ou pas? Je devais vidé mon sac maintenant? Je lui en parlerais sur la route. Même, si je ne savais pas du tout ou nous allions. Elle me dit par la suite que nous allons apprendre a plus connaître un peuple elfique et que je devrais lui obéir, pourquoi pas, je devrais en prendre l'habitude, je resta neutre, presque impassible, toujours pensif sur su je devrais ou pas lui dire sur mon oncle qui est venu, car j'avais peur de le recroiser dans un contexte de conflit car je venais de choisir mon camp. À la mention du plaisir que nous allions avoir, je réagis par un sourire forcé.

Lorsque je vis le cheval de mon maître prendre peur, je me cramponnai de toutes mes forces, car le mien s'agitèrent quelques secondes après, je passai proche de tomber, mais je parvins à conserver mon équilibre, je ne savais pas ce qui se passa. J'essayai d’imiter Névénoë afin de calmer le cheval, avec beaucoup de surprise, cela fonctionna, je restai cramponné. Ignorant si elle savait à propos de la visite, Je lui dis:

-Maître, quand nous aurons un moment seul, j'aimerais vous parler... c'est important.

Sinon, j'ouvris les yeux et surveilla les environs, il ne faudrait pas qu'il se passe quelque chose, je ne savais pas quoi regarder exactement, mais bon, détail. J'observa l,enfant pour qui mon maître venant de descendre de sa monture, elle nous présenta et se trompa dans mon nom, je ne fis pas la remarque, elle pouvais me donner le nom qu'elle voulais , car elle prépensionna par son titre de sous chef de l'ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
12.08.17 16:01
Invité
Samwell avait une mission bien particulière, et dangereuse. Etait-ce la une preuve de la confiance de l’Empereur à son égard, ou plutôt une mission suicide dans l’optique de se débarrasser du sorcier ? Samwell espérait que ce n’était que la première option. Il ne se considérait pas comme vaniteux (ahem), mais il pensait avec ferveur faire parti des personnes les plus influentes d’Irianeth, et par ce fait, il serait bien dommage de se départir d’un élément tel que lui. Du moins était-ce sa façon de pensée, peut-être qu’en réalité, l’Empereur avait bel et bien décidé de se débarrasser de lui. Ainsi, Samwell avait une mission. Häastrial lui avait ordonné d’aller sur le continent d’Enkidiev, pour étudier et espionner ses habitants. L’Empereur avait certes une espionne agréée, Samwell ne la voyait que comme une mégère n’ayant pour but que d’espionner le peuple d’Irianeth, pour vérifier s’il n’y avait pas des traitres qui se profilaient, ou bien encore simplement pour divertir monseigneur des ragots de la cour. Le sorcier était d’ailleurs quasi certain que c’était elle qui était à l’origine de certaines rumeurs à l’encontre des chefs des différents ordres. S’il le pouvait, il lui ferait volontiers boire une petite potion de son cru pour la mettre hors d’état de nuire. Cependant, Samwell ne dépréciait pas la mission qui lui incombait. Il était parfaitement conscient que de part son apparence d’enfant juvénile, une bien trompeuse apparence, le peuple aurait tendance à ne pas penser que Samwell puisse être un espion d’Irianeth. Déjà encore faudrait-il qu’ils soient au courant de la menace qui grondait, et il vaudrait mieux pour le matricule de Samwell qu’ils restent ignorants une fois sa mission terminée.

Ce fut grâce aux ailes puissantes d’Azul, une des créatures de Samwell, que celui-ci put arriver sur les terres d’Enkidiev discrètement. Enfin, plus discrètement que s’il n’était arrivé par bateau. Il prit soin d’arriver la nuit pour avoir le moins de témoins possibles, mais aussi pour éviter d’être facilement repérable à dos de créature. Par la suite, il commença son enquête. Il n’avait prit avec lui qu’une petite dague et une pochette avec quelques monnaies et plantes diverses. Je me faisais ainsi passer pour un orphelin nomade, vaquant de villages en villages, de royaumes en royaumes, faisant quelques tâches pour récolter de l’argent, nouant quelques liens avec des habitants, et surtout déliant les langues. En effet, de part mon apparence, les villageois n’avaient aucuns apriori, et dans le pire des cas, ils mettaient cela sur la curiosité de l’enfance sur le monde qui l’entourait. C’était assez frustrant pour le jeune homme, qui mentalement avait bien une trentaine d’année, et se faisait traiter comme un enfant d’une dizaine. Samwell ne comptait plus le nombre de tapotage de tête qu’il dut subir alors qu’il jouait les enfants mignons tout plein.

L’aventure se complique lorsque le Sorcier arriva dans les terres de Jade. Pays plutôt intéressant culturellement, Samwell se prit d’affection pour un arbre rose. Plus particulièrement, ces fleurs l’étaient, et il ne possédait aucunes autres sortes de feuilles ni de fleurs. Ce genre d’arbre était totalement absent sur les terres d’Irianeth, et bien que n’étant pas friand de la couleur rose, Samwell trouvait, à force d’observation, une certaine paix intérieur en regardant cet arbre. Bien décidé à l’étudier de plus près pour tenter d’en reproduire sur Irianeth, le sorcier se mit donc à tourner autour de l’arbre, se mettant même à gouter l’écorce tout en prélevant un échantillon. Il se mit même à escalader l’arbre fleurit, jusque très haut dans ses branches, pour atteindre les plus jeunes fleurs. Il voulait les gouter, mais aussi en récolter un échantillon, bien qu’il doute qu’elles ne survivent au voyage. A cheval sur une branche, totalement fasciné par les fleurs, il n’entendit les perturbateurs qu’une fois qu’il fut apostrophé par un si vulgaire « Hey petit », qui le fit sursauter et manqua de le faire tomber. Baissant les yeux, Samwell observa alors avec une grande curiosité les deux êtres se baladant à cheval. L’une avait les oreilles caractéristiques de la race elfique, tandis que l’autre était bien plus jeune, quoique plus grand en taille que le Sorcier. La jeune femme se présenta et présenta son acolyte, donnant une autre information importante pour Samwell : ils faisaient partis de l’ordre des Chevaliers d’Emeraude. Peut-être réussira-t-il à obtenir des informations importantes dont Häastrial sera fier !

« J’arrive pas à descendre, » commença-t-il d’une petite voix. Solidement accroché à sa branche, Samwell ne bougeait pas d’un cil de peur de tomber. Bien évidemment, cette peur était parfaitement feinte, jouant les garçons sans défense. « Vous n’allez pas me faire de mal ? » s’enquit-il sur le même ton, peu enclin à accorder sa confiance. Quand soudain, une bourrasque de vent fit bouger quelques branches dont celle où Samwell était posé, le faisant perdre quelque peu son équilibre. Se raccrochant comme à son dernier espoir à sa branche, il reprit, d’une voix un peu plus paniqué : « J’ai peur ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
20.08.17 22:18
Invité
La naïveté pouvait être un trait de caractère plutôt mignon, en général. C’était toujours adorable de voir une personne, souvent les enfants, tombés dans le premier panneau qu’ils rencontraient. À l’âge adulte, cela frôlait un peu l’immaturité. Dans le cas de Névénoë, c’était presque ça. Un bel exemple viendrait confirmer la situation à tout Enkidiev, très prochainement. Autour d’elle, Névénoë pouvait sentir plusieurs auras magiques, l’une d’elle en particulier, très fort. Cette aura magique couvrait pratiquement et entièrement celle de son écuyer Beldak qui, elle l’entendait sans réellement l’écouter, lui parlait de quelque chose. Névénoë lui fit un geste d’impatience de la main. Il ne parlait pas beaucoup ce Beldak Ray, mais il parlait parfois au bien mauvais moment. Son esprit tout entier était concentré sur le petit garçon haut perché. « Brodi, donne-moi de l’eau et de la nourriture s’il te plaît. » Elle pointa sans prendre la peine de le regarder la mule qu’ils trainaient avec eux.

« J’arrive pas à descendre, » L’elfe pouvait sentir la peur dans la voix du garçon. Son cœur fit un bond dans sa poitrine. Comment avait-il fait pour se retrouver là-haut ? « Mon petit, je vais t’aider. Fait moi confiance ! » La chevalière lui envoya une petite dose de vague d’apaisement afin qu’il se calme un tant soit peu. « Vous n’allez pas me faire de mal ? » Il semblait sincèrement terrifier. « Oh mon beau, non, jamais de la vie. » Elle se tourna vivement vers Beldak Ray, ce petit avait un pouvoir de lévitation ! Il pourrait être d’une aide précieuse. Névénoë se surpris à se dire que c’était plutôt contraignant un écuyer, mais que cette fois-ci, cela serait vachement apprécié. Elle-même n’est pas particulièrement douée avec ce pouvoir au point de l’avoir vu disparaître de ses capacités plus elle vieillissait. « Bobby Rémi. Tu as un pouvoir de lévitation, aide-l’avant qu’il ne… » Sa phrase ne se termina pas puisque déjà elle voyait le vent souffler dans les branches, faisant ainsi balancé celle sur laquelle le petit garçon tenait de peine et de misère. « J’ai peur ! »

Névénoë détestait plus que tout voir un enfant affligée d’une terreur. Elle croyait dur comme fer qu’aucun enfant au monde ne devrait affronter la peur. C’était contradictoire comme pensée, puisqu’inversement, elle posa les yeux sur son écuyer en se disant qu’il allait devoir en voir de toutes les couleurs avant d’être un chevalier. Tout comme elle, en quelque sorte. La sous-chef de l’ordre remarqua l’angoisse de son écuyer. Elle soupira légèrement et décida de se lever sur sa selle, Preston avait l’habitude des singeries de son maître. Elle arriva à quelques centimètres de son jeune ami. « Allez, saute. Blake arrivera à ralentir ta chute si nous glissons, mais fais-moi confiance. Je vais t’attraper. »

[Réponse très courte, mais je tenais absolument à répondre. Je m'en veux terriblement de ne pas avoir vu la réponse, cela fait plus d'une semaine ! J'essaye également d'enchaînée rapidement pour que nous tombions dans le vif du sujet. Samwelll, au cas où tu ne l'aurais pas vue, je t'ai envoyer un MP concernant la suite de ce topic. Beldak Ray, de ton côté, j'ai écrit qu'il semblait angoissé puisque cela me semblait logique comme réaction. Il est tourmenté présentement, elle vient tout juste de lui faire comprendre qu'il n'était pas, actuellement, sa priorité, ne m'en veut pas trop et si cela te déplaît trop, je changerais ce détail.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
28.08.17 3:42
Invité
Je regardais ce qui se passa d'une aire un peu angoissée, mais cela ne m’empêcha nullement d'analyser silencieusement la situation, un enfant apeuré coincer dans un arbre, ma maîtresse qui n'avait pas de temps à me consacrer, dommage, mais bon, je comprenais, c'est vrai que ce n'était pas le meilleur moment pour ce genre de conversation... ou pas le moment du tout enfaité Elle appela la mule pour lui porter à boire et a mangé., surement pour l'enfant accroché à l'arbre.


De mon point de vue, il était en parfaite sécuriser maintenant, la hauteur ne semblait pas mortelle et nous étions deux en bas pour l'aider en cas de souci, bien que celui-ci ne semblait pas prêt à nous faire confiance, je savais parfaitement que je devais me servir de ma lévitation, mais je ne le ferais pas sans demande de celle que je suivrais maintenant partout. Ce qui me troublait aussi était tous les noms qu'elle me connaît: Bilbo, Bobby, Rémy et une seule foi mon vrai nom: Beldak, mais bon, j'y pouvais pas grand-chose, je pourrais limite le prendre avec le sourire ou encore causer davantage de tension et tout dire, mais non, je le garderais pour moi, rendue là, je me demandais juste quel serait le prochain nom qu'elle me donnerais.




Sinon, j'avais une autre idée pour l'enfant mon lien pour me prendre la blessure à sa place, mais je ne savais pas si j'avais envie d'avoir mal sans raison et surtout sans assurance de pouvoir continuer ma route, alors je pourrais sans doute essayer de proposer ceci: Mettre le lien, utiliser la lévitation et essayer de réceptionner l'enfant, au moins, cela réduirait les risques que je sois blessé et prouverais que je lui fais confiance. Je me permis alors de lui proposer ceci:

-Maître... vous savez, le lien qui me blesse à la place de la personne que je choisis, on pourrait l'utiliser avec la lévitation...

Je ne dis que ça et je le dis très bas, je ne savais même pas si elle l'avait bien entendu... mais bon, si elle n'avait pas compris, je pourrais encore me taire à ce sujet, déjà que je n'avais pas mis le genou à terre pour demander la parole, j'en dirais pas plus, mais la proposition était, selon moi assez pertinente, sinon, je ne l'aurais pas dit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
02.11.17 15:22
Invité
Samwell avait senti qu’une vague d’apaisement l’assaillait, et il eut une irrépressible envie Doënia pour faire une barrière magique contre la magie de la Chevalière. Sauf qu’il ne devait pas, et fort heureusement il réussit à se retenir, car il devait avoir l’air d’un garçon tout ce qu’il y a de plus normal, qui a peur des hauteurs et de se faire très mal en tombant. Malgré tout, un léger frisson secoua son corps le temps de quelques secondes, qu’il espérait que si cela se voyait, que les deux Enkievs mettraient cela sur le compte de la peur, voir même du froid.
La gentillesse de la Chevalière était à vomir. C’était la première pensée de Samwell à l’encontre de sa « sauveuse ». C’était d’autant plus vomitif qu’elle lui parlait comme à un enfant de 10 ans – ce qu’il était en apparence – et cela le répugnait. C’était un véritable miracle qu’il réussisse à ne rien paraître tandis que la Chevalière, qui semblait donner de drôle de surnoms à son écuyer puisqu’elle l’appela par deux fois avec un nom différent, tentait de lui venir en aide.
La deuxième pensée du Sorcier à l’encontre des protagonistes, c’était qu’ils n’étaient vraiment pas forts. Lui en un éclair il se serait sorti de l’arbre en invoquant Azul, tandis que les Chevaliers du continent d’Enkidiev ne semblaient pas savoir travailler ensemble – du moins était-ce une impression. La Chevalière faisait tout tandis que l’Ecuyer restait les bras ballants, ne faisant littéralement rien. La Chevalière quant à elle, aurait pu trouver une meilleure stratégie que de dire « vas-y saute ». Comme par exemple, elle aurait pu monter dans l’arbre pour venir secourir Samwell, et l’autre jeune homme servirait de plan B au cas où Samwell tomberait, avec la lévitation. Le fait de monter dans l’arbre pour se rapprocher de l’enfant aurait déjà permit à l’enfant d’avoir moins peur et plus confiance dans ses sauveteurs.
Oui, ils étaient vraiment pathétiques.

Samwell entendit un léger craquement qui ne lui disait rien qui vaille. Il faut dire qu’il était installé sur une branche assailli par les vents depuis plusieurs minutes maintenant, et que bien qu’il soit petit, il n’était pas pour autant léger. En temps normal cela ferait bien longtemps qu’il aurait changé de branche, histoire de ménager celle-ci, mais voilà, l’intervention des deux personnes à terre avait légèrement changé ses plans.

« Hm… ok… Je… Je saute alors ! »

Samwell se leva tout doucement pour pouvoir prendre de l’élan et sauter dans la direction de Névénoé… Quand, dans son piètre équilibre, la branche se cassa. Le sorcier dégringola de son perchoir. Fort heureusement pour lui, sa tête rencontra bien rapidement une autre branche, ce qui l’assomma durant sa chute, et donc il ne put faire appel à son instinct et invoquer Azul. S’il n’y avait pas eut cette branche pour l’assommer durement avant que les Chevaliers n’usent de la lévitation ou il-ne-savait-quoi-d’autres, il se serait cramé dans sa couverture.

Lorsqu’il rouvrit les yeux, il était sur la terre ferme en compagnie de ses « sauveurs ». Samwell leva la main pour toucher sa tête, et une légère grimace lui vint en sentant la bosse sous ses doigts.

« Aïe… » Il regarda tour à tour la jeune femme et le petit garçon qui lui faisait face, le regard plein d’interrogation, avant de s’exprimer à nouveau. « Qu’est-ce qui s’est passé ? Où suis-je ? »

Le voilà amnésique… C’était bien sa veine. Surtout qu’avec son amnésie, il pouvait sans faire attention, faire usage de sa magie. A moins que cela ne passe pour quelque chose de potentiellement « naturel » pour les Chevaliers ? Allez savoir. En attendant, pour combien de temps allait-il rester amnésique ? Qui peut le dire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude :: Les royaumes d'Enkidiev :: Jade-
Sauter vers: